Vingt-et-un maires de la Réunion  ont manifesté contre la baisse des contrats aidés sur l’île. Ils affirment ne pas pouvoir assurer la rentrée scolaire prévue dans une dizaine de jours, à savoir le 18 août, aussi bien dans les écoles primaires que dans les collèges.

Sur 3298 contrats attendus, seuls 1800 ont été attribués pour toute l’île.


Une concertation doit avoir lieu le mercredi 16 août, à deux jours de la date officielle de la rentrée des classes et sera suivie de la visite à La Réunion de Jean-Michel Blanquer, le 17 août prochain, jour de la pré-rentrée des professeurs sur l’île. Il assistera le lendemain à la rentrée scolaire des élèves dans l’île.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fzinfos974.reunion%2Fvideos%2F1634908409853056%2F&show_text=0&width=560

0

On a rarement vu une réforme ou du moins un assoupplissement des règles être aussi vite adopté et mis en place. Il faut dire que pour les petites communes les TAPs représente une part importante  de leur budget. Seulement voilà, pour animer les TAPs, les communes ont du embaucher des salariés souvent jeunes et précaires.

Souvent ces contrats n’étaient que de  quelques heures par semaine et certains en avaient plusieurs pour arriver à un salaire presque correct.

Gageons qu’en septembre le nombre de chômeurs sera plus élevé, tous ces animateurs se retrouvant au chômage.

http://rmc.bfmtv.com/emission/semaine-de-4-jours-entre-25-000-et-30-000-emplois-d-animateurs-sont-menaces-1216130.html

[wpvideo UaqWnElq]

0

Par P.

“Billet d’humeur pour illustrer l’inhumanité de nos responsables des ressources humaines. Une histoire parmi tant d’autres hélas.

Je suis Professeure des écoles, Brigade, c’est à dire affectée à des remplacements longs. Actuellement je remplace une jeune maman. Cette jeune femme a été affectée à ce poste à la rentrée de septembre à titre provisoire (elle doit avoir 1 ou 2 ans d’ancienneté donc pas assez de points pour avoir un poste fixe au mouvement). Poste qui se situe à 60 km de son domicile.

Les services de l’EN étaient au courant de son état de femme enceinte en septembre. Première aberration. Classe pas facile + temps de transport + fatigue, ma collègue s’est arrêtée plusieurs fois, puis définitivement, puis en congé maternité. La classe a donc eu droit à divers remplaçants, jusqu’à moi qui ai pris en charge la classe depuis janvier. L’école est dans ma commune de résidence. Pour moi tout va bien. Mais ma jeune collègue, qui doit reprendre après les vacances de printemps , a essayé de demander à être affectée sur un autre poste ou à faire ZIL pour ne pas s’éloigner trop de son domicile. Que nenni ! Elle devra revenir à son poste.

J’ai eu 3 enfants et je m’imagine l’angoisse de cette jeune maman, qui doit trouver une solution de garde pour laquelle une bonne partie de son salaire va y passer, qui va parcourir tous les jours 120 km et des heures en transport (en région parisienne).

Alors qu’avec un peu de volonté et d’humanité une autre solution aurait certainement pu être trouvée. Ce n’est pas à moi que je pense, c’est à ma collègue et aussi aux élèves. Car qu’est-ce qu’il va se passer ? A nouveau la valse des ZILs ?

Tout le monde y perd dans l’histoire. Les services de remplacements vont s’arracher les cheveux avec des absences à répétition, les élèves seront ballottés et désorientés, ma collègue sera stressée et épuisée, les parents seront en colère et inquiets. En me laissant sur le poste jusqu’à la fin de l’année tout cela aurait pu être évité. Était-ce si difficile à décider ? Et c’est cette institution qui n’a plus que le mot « bienveillance » à la bouche ? écœurant.”

0

La disponibilité est la position du fonctionnaire titulaire qui est placé hors de son administration ou service d’origine.

Pendant une période de disponibilité, l’agent n’est plus rémunéré par l’Éducation nationale ; il cesse de bénéficier de ses droits à l’avancement, à la retraite et au logement (ou à l’IRL) pour les instituteurs.

La disponibilité est prononcée d’office ou sur demande de l’intéressé(e). Elle est accordée pour la durée de l’année scolaire, à l’exception des disponibilités pour se rendre dans un département ou collectivité d’outre-mer ou à l’étranger en vue de l’adoption d’un ou plusieurs enfants. Une demande de mise en disponibilité en cours d’année scolaire ne sera accordée que si elle se justifie par des circonstances exceptionnelles.
Pour les professeurs des écoles stagiaires, toute demande de disponibilité est soumise à titularisation.

On distingue trois formes de disponibilité :

1. Disponibilité de droit

La disponibilité de droit est accordée :

► pour donner des soins au conjoint, au partenaire avec lequel l’agent est lié par un PACS, à un enfant ou à un ascendant, à la suite d’un accident ou d’une maladie grave.
La durée maximale autorisée dans la carrière est de 9 ans.
Les pièces justificatives à joindre sont la copie du livret de famille et celle des certificats médicaux.
Aucune activité salariée n’est autorisée pendant cette période.

► pour élever un enfant de moins de 8 ans, ou pour donner des soins à un enfant à charge, au conjoint, au partenaire avec lequel l’agent est lié par PACS, ou à un ascendant atteint d’un handicap nécessitant la présence d’une tierce personne.
La durée maximale autorisée dans la carrière est :
– jusqu’au 8ème anniversaire de l’enfant ;
– illimitée pour donner des soins.
Les pièces justificatives à joindre sont la copie du livret de famille et dans la deuxième hypothèse, celle des certificats médicaux ou carte d’invalidité.
Aucune activité salariée n’est autorisée pendant cette période.

► pour suivre son conjoint ou le partenaire avec lequel l’agent est lié par PACS lorsque celui-ci est astreint à établir sa résidence habituelle, en raison de sa profession, en un lieu éloigné du lieu d’exercice de ses fonctions.
La durée maximale autorisée dans la carrière est illimitée.
Les pièces justificatives à joindre sont la copie du livret de famille et celle de l’attestation de l’employeur du conjoint. L’agent peut continuer  d’exercer une activité salariée pendant cette période.

► pour se rendre dans les départements et collectivités d’outre-mer, en Nouvelle-Calédonie ou à l’étranger en vue de l’adoption d’un ou plusieurs enfants.
La durée maximale autorisée dans la carrière est de 6 semaines par agrément. Aucune activité salariée n’est autorisée pendant cette période.

► pour exercer un mandat d’élu local
La durée maximale autorisée dans la carrière se prolonge tant que les conditions justifiant la demande sont remplies. Pour cela il faut joindre une attestation préfectorale.

2. Disponibilité sous réserve des nécessités de service

La disponibilité sous réserve peut être accordée :

► pour effectuer des études et recherches d’intérêt général.
La durée maximale autorisée dans la carrière est de 6 ans. Aucune activité salariée n’est autorisée pendant cette période et un  certificat de scolarité  sera demandé comme pièce justificative.

► pour convenances personnelles
La durée maximale autorisée dans la carrière est de 10 ans.L’exercice d’une activité salariée est autorisée pendant cette période.

► pour créer ou prendre une entreprise au sens de l’article L. 351-24 du code du travail
L’intéressé(e) doit avoir accompli au moins 3 années de services effectifs dans l’administration.La durée maximale autorisée dans la carrière est de 2 ans.
Les pièces justificatives à joindre sont l’extrait du registre du commerce ou autres pièces relatives à l’entreprise. L’exercice d’une activité salariée est autorisée pendant cette période.

3. La mise en disponibilité d’office

► La mise en  disponibilité d’office pour raisons de santé,s’effectue  après l’avis du comité médical ou de la commission de réforme, lorsque les droits à congé de maladie ordinaire, de longue maladie ou de longue durée  de l’agent ont été épuisés et qu’il ne peut pas être reclassé dans l’immédiat, en raison de son état de santé, tout en restant susceptible de reprendre un jour ses fonctions.

La durée de la disponibilité est fixée à 1 an maximum, renouvelable 2 fois.
A l’issue de chaque période d’un an,  le médecin de prévention effectue un contrôle.
En cas d’inaptitude, l’agent est convoqué devant le comité médical départemental pour une prolongation ou une mise à la retraite pour invalidité.

Si le reclassement n’a pu être effectué au cours de ces 3 ans, à la fin de cette période, l’agent est  :
– soit réintégré dans son poste,
– soit admis à la retraite pour invalidité.
Exceptionnellement, lorsque le fonctionnaire est inapte à reprendre son service à la fin de la 3ème année de disponibilité mais que le comité médical estime qu’il pourra normalement reprendre ses fonctions ou être reclassé avant l’expiration d’une nouvelle année, la disponibilité peut être renouvelée une 3ème fois.

► Lorsqu’une réintégration anticipée est demandée à l’issue d’un détachement et qu’il n’y a pas d’emploi vacant correspondant au grade de l’agent, celui-ci est mis en disponibilité d’office en attente d’une réintégration dès qu’un poste se libère.

Le contrôle de l’administration
Le fonctionnaire mis en disponibilité doit justifier à tout moment que son activité ou sa situation correspond réellement aux motifs pour lesquels la disponibilité lui a été accordée. L’administration peut faire procéder à des enquêtes.

4. La réintégration

La demande de réintégration doit être présentée dès la fin du 1er trimestre afin de pouvoir participer au mouvement. La réintégration est subordonnée à la vérification, par un médecin agréé et, éventuellement par le comité médical, de l’aptitude physique du fonctionnaire à l’exercice des fonctions enseignantes. Elle prend effet à la rentrée scolaire.

0

La ministre « confirme qu’à partir de la Toussaint, dans toutes les académies, ce n’est pas aux candidats inscrits sur les listes complémentaires » du concours de professeur des écoles qu’il sera fait appel pour remplacer les stagiaires démissionnaires, « mais aux contractuels, qui bénéficient d’une formation qui leur est propre et d’ailleurs sont accompagnés en vue de passer le concours à leur tour. » Parce que dans ces cas-là, il est fait « appel à des contractuels pour une raison simple : les candidats inscrits sur les listes complémentaires n’ont pas suivi la formation initiale que nous avons prévue pour tous les enseignants. »

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=W6MHEeRXINg&w=560&h=315]

Cette annonce a été  faite le 21/02/2017 en réponse à la #QAG de Guy TEISSIER, député des Bouches-du-Rhône (LR) : « Jusqu’en novembre 2016, les recrutements sur la liste complémentaire pour pallier les démissions des professeurs stagiaires fonctionnaient normalement : l’académie faisait appel aux candidats sur les listes complémentaires dans l’ordre du classement. Or, le 20 novembre 2016 dernier, le rectorat de l’académie d’Aix-Marseille informait les candidats sur les listes complémentaires qu’il n’y avait plus de budget pour ces recrutements. »

Les contractuels sous couvert d’avoir une formation fournie une fois en place, restent une main d’oeuvre à moindre coût et corvéable à merci car facile à  licencier….

0