Par Béa

Trouvez-vous normal que l’on ne parle des enseignants QUE sur la base des heures effectuées devant élèves ?? On ne dit pas 0h pour les personnes qui travaillent dans un bureau…. La loi impose l’horaire effectif…. pourquoi ne s’applique-t-elle pas aux enseignants ? Pourquoi cette Injustice? Pourquoi ce refus de reconnaissance? Cela n’est-il pas méprisant???…. La reconnaissance et la considération de notre métier commence peut-être par la prise en compte de TOUT notre travail effectué.

reconnaissance

0

Par le Monde selon Smig

de-léducation-nationale-ou-de-ce-quil-en-reste

Il manque des enseignants. Chaque année, x enseignants sont manquants ou ne sont pas remplacés. Triste constat. J’ai été, pendant 8 ans, contractuel dans l’enseignement privé sous contrat. Donc, tout dans la légalité et toussa toussa… Balancé d’un établissement à un autre, la plupart du temps assez maltraité puisque tu récupères tout ce que les collègues (peut-on parler de collègues au final?) ne veulent pas. Les classes surchargées, indisciplinées, avec les horaires les plus ingérables… le vendredi en dernière heure ou le lundi en première et tout cela pour 1300 euros. Tous les ans, tu es convoqué dans les premiers pour corriger le bac et pour surveiller. Et les titulaires trouvent ça normal, à peine montrent ils, parfois, pour certains, une lointaine compassion quand ils apprennent ton salaire alors qu’ils sont déjà parfaitement au courant. Du coup, tu acceptes toutes les heures supplémentaires possibles. Tu fais les BTS alternance, les AP, la cantine, les récrés, les chiottes… tu arrives à peine à 2000 euros en étant, dans l’établissement, du lundi 8 heures au vendredi 17.30. Toutes tes heures sont prises et tu fais 45 heures par semaine dont 40 devant élèves. Et surtout, tu dois te taire.

La suite se trouve ici

0

Par Anna

A voir passer les sujets sur les arrêts maladie, je me décide à livrer mon témoignage. Vous savez, vous les feignasses, alors vous comprendrez…
J’ai commencé le métier dans la peur de mal faire, c’était tellement compliqué de tout gérer pour moi, la perfectionniste. Chaque année c’était l’angoisse, une école loin de chez moi, des élèves difficiles mais j’y allais, sans jamais être arrêtée.
Et puis une année, enfin un super poste: peu de route, un niveau que j’aime, des élèves sympas, j’étais ravie ! Malheureusement cette année là, c’est la collègue que je complétais à mi-temps qui a décidé de pourrir mon année. Une personne jalouse et immature.

En janvier, on me trouvait une tumeur de 12 cm sur 7.5, lymphome ( cancer des ganglions ), 8 cures de chimio lourde. J’avais 30 ans et 2 enfants de 2 et 4 ans.

Aucun mot de soutien de l’inspection quand j’ai bêtement précisé ma maladie pour signifier que mon arrêt allait être long.
Je sais que cette maladie est, en autre, dûe au boulot, j’ai vu la mort tout près et je vous assure que le boulot, ce n’est pas la vie.
Prenez soin de vous les feignasses et écouter votre corps quand il essaie de vous faire passer un message…

0

Par Xavier Massenhove

Bouyguestv, épisode 2 :
Je ne sais pourquoi mais en ce moment, j’adore regarder la première chaîne. Peut-être ai-je besoin d’exercer mon sadisme sur moi-même avant de l’exercer à nouveau sur mes élèves, ambiance de prérentrée oblige… Ou, peut-être comme Brecht qui avait toujours une Bible sur son bureau de travail, afin de mieux connaître ses ennemis. Qui sait ?

manipulationAu JT de 20h, un reportage sur les rythmes scolaires. La chaîne choisit de comparer deux communes du Nord, l’une – Lambres-lez-Douai – ayant décidé de rester aux 4,5 jours, l’autre – Lauwin-Planque – ayant fait le choix de revenir aux 4 jours. Les argumentaires sont savoureux.

À Lambres-lez-Douai, les activités périscolaires ont l’air passionnante, véritablement pensées. Mais lorsqu’il s’agit d’envisager l’avis des enseignants, on n’hésite pas à interroger un représentant du SNUIPP-FSU, M. Bruno Robin. Je cite : “les enseignants se sont vus contraints d’adapter leur temps personnel, leur vie personnelle davantage en fonction de leur vie professionnelle. Ce qui fait que les enseignants ont eu le sentiment d’un seul coup de ne plus pouvoir disposer que du weekend et ne plus pouvoir disposer de temps dans la semaine pour leur famille.” Traduction : les rythmes scolaires ont posé problème à des enseignants-fainéants, qui ne cherchent qu’à être davantage en repos. On ne parle donc plus du rythme des élèves, mais de celui des PE… Ceux qui sont syndiqués au SNUIPP apprécieront, j’en suis sûr…

Je suis tombé tout à l’heure sur un post concernant le rôle des syndicats d’enseignants. Mais comment peut-on payer chaque mois sa cotisation, et par la même occasion, soutenir l’idéologie et les combats de ce syndicat, pour se faire ridiculiser ainsi ensuite ? Comment peut-on cautionner qu’un syndicat d’enseignant – ultra-majoritaire dans le primaire – puisse assimiler les PE à des paresseux, privilégiant leur vie privée à leur vie professionnelle, faisant passer leur intérêt personnel avant celui des enfants ?

Autre question : Pourquoi personne ne parle dans ce reportage de la fatigue des élèves ? Pourquoi personne ne parle des difficultés des zones rurales à recruter des personnes compétentes pour encadrer les activités périscolaires ? Pourquoi personne ne rappelle que les enseignants n’ont pas vu d’amélioration dans les apprentissages avec les 4,5 jours?

0

A l’heure où beaucoup d’entre vous ont reçu un mail leur annonçant qu’ils allaient bénéficier dans l’année d’un entretien d’évaluation, le PPCR fait toujours l’objet de questions.

Lors de la réunion du Conseil commun de la fonction publique du 10 juillet dernier Gérald Darmanin, ministre en charge de la Fonction publique, a annoncé que la situation des finances publiques oblige le gouvernement à s’interroger « sur le calendrier de mise en œuvre du protocole et de l’étalement de sa montée en charge » en précisant que ce serait un sujet de discussion avec les organisations syndicales.

Sauf que la mise en place du PPCR a déjà fait l’objet de très longues discussions et que l’annonce du gel du point d’indice n’était pas pour rassurer les enseignants. Et que dire de l’annonce  du 17 juillet d’Emmanuel Macron  devant le Sénat, son intention de séparer le calcul du point d’indice pour les différentes fonctions publiques. Tout cela n’annonce rien de bon pour notre pouvoir d’achat.

Les organisations syndicales signataires du protocole PPCR ont donc adressé  un courrier commun au Premier ministre lui demandant, au moment où les premiers grands arbitrages concernant la préparation budgétaire 2018 sont en discussion, pour que son annonce faite par le ministre de l’action et des comptes publics ne reste sans  suite.

courrier_unitaire__ppcr_17_07_17-page-001courrier_unitaire__ppcr_17_07_17-page-002

0

par Lok Umen
Il y a un peu moins d’une semaine, dans l’émission Les Grandes Gueules sur RMC, lors d’un débat concernant la restauration de la journée de carence pour les fonctionnaires, M. Jimmy Mohamed s’en est pris aux enseignants de manière outrancière et inacceptable. (Voir liens à la fin de ce message)

Sans préjuger de la nécessité de cette mesure, quand on fait son travail avec sérieux et dévouement, il est écœurant de se voir systématiquement mis au pilori. Il ne m’est plus possible de voir mon métier sans cesse dénigré publiquement. J’ai donc décidé, et je ne suis pas le seul, de ne plus laisser passer.
M. Mohamed me doit des excuses. Il en doit à tous les enseignants.

En conséquence, j’ai décidé de faire les actions suivantes, et j’invite tous les ceux qui en comprennent le bien fondé à faire de même:

– J’ai posté sur Twitter à l’attention de M. Mohamed le message suivant : @Dr_Moji doit faire des excuses aux enseignants! #nezquicoule

– J’ai aussi envoyé à RMC (http://rmc.bfmtv.com/info/contact/) le message ci dessous :

“Madame, monsieur,
C’est avec consternation que j’ai découvert les propos des chroniqueurs de l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC le 7 juillet dernier lors d’un débat portant sur la restauration de la journée de carence dans la fonction publique. J’ai pu constater que le corps enseignant a été largement privilégié lors des échanges en étant systématiquement dénigré et pris à parti de manière infondée et profondément outrancière.
Ainsi, M. Truchot, à propos d’abus présumés d’arrêts maladie dans la fonction publique territoriale, annonce d’un air entendu : « Ce sont toujours les mêmes profs qui sont malades. » Mr Truchot aurait été avisé de travailler un peu son sujet, car les enseignants ne font pas partie de la fonction publique territoriale.
Mais la palme revient à M. Mohamed, qui se lance dans une longue diatribe dont voici quelques extraits :
« Je constate quand même que certains profs, quand ils ont le nez qui coule ou qu’ils ont un peu mal à la gorge me demandent assez facilement un arrêt maladie»
« Je leur dit vous êtes remplacés, « bah non », mais ça leur fait ni chaud ni froid »
« Ce jour de carence va les faire aller un peu travailler »
Ces propos, faisant résonner en creux le stéréotype de l’enseignant paresseux, sont simplement calomnieux. Ils le sont d’autant que M. Mohamed reconnaît à demi mot participer à ces abus qu’il dénonce pour mieux se défausser de sa responsabilité car il ne va pas «faire la guerre à ces personnes en disant « non, non, je ne vous prescris pas d’arrêt de travail, j’ai [sic] aucun moyen de vérifier que c’est un vrai arrêt de travail, qu’il ne peuvent pas travailler. » sans préjuger des compétences professionnelles de ce médecin qui ne sait pas si l’arrêt maladie qu’il donne est justifié, on peut s’interroger sur son honnêteté et sa bonne foi.
S’ajoute à ceci que, présenté comme étant urgentiste, il dit recevoir des patients dans son cabinet, mais semble avoir déclaré son activité à une adresse de SOS médecin (source : www.societe.com). Cela appelle une clarification de sa part.
La prise de parole publique n’est pas un acte futile et peut avoir des conséquences néfastes, ce particulièrement pour des professions exposées au public comme celle d’enseignant. Elle se doit donc d’être éclairée et juste. Ces manières de stigmatiser systématiquement la communauté enseignante ne sont plus acceptables. En conséquence, je demande à Mr Mohamed de présenter des excuses publiques à l’ensemble des enseignants.
Vous remerciant d’avance, je vous prie de recevoir mes meilleures salutations.

Un extrait ci dessous: http://rmc.bfmtv.com/…/jour-de-carence-certains-profs-qui-o…
La version complète ici: https://www.youtube.com/watch?v=GthC_N5dw88

0