Votre Région a de l’Enseignant

Par Niko Las

Il manque des profs dans votre région, des informations sur un établissement, des discussions par région ? Alors rejoignez votre groupe par région

Les Hauts de France.
https://www.facebook.com/groups/900684600069702/

L’ile de France
https://www.facebook.com/groups/1807071819333748/

La Nouvelle Aquitaine
https://www.facebook.com/groups/124748991466151/

La Bretagne
https://www.facebook.com/groups/256168291544991/

La Bourgogne Franche Comté
https://www.facebook.com/groups/1747545852211198/

Auvergne Rhône Alpes
https://www.facebook.com/groups/365098440560203/

Normandie
https://www.facebook.com/groups/801192130038703/

La Corse
https://www.facebook.com/groups/808472382650176/

L’Occitanie
https://www.facebook.com/groups/1952643781621554/

Centre Val de Loire
https://www.facebook.com/groups/1400651569989010/

PACA
https://www.facebook.com/groups/848357775322164/

Pays de la Loire
https://www.facebook.com/groups/491204897938185/

Grand-Est
https://www.facebook.com/groups/480872535611720/

19030615_10211269674350313_1397352870960799201_n

Monsieur le président….

Par anonyme

« Monsieur le président,
Cela commence comme le célèbre poème de Vian, auquel je fus initiée – j’en garde un souvenir ému – par Mr Luciani, professeur de français au collège de la région parisienne qui m’accueillit comme élève. 

L’ecole, j’y suis encore, 35 ans après, mais ce ne sont pas les Lettres qui ont eu ma préférence -quoique ce fut mon deuxième sujet de prédilection -mais la langue de Shakespeare, dont je tombai amoureuse en découvrant les Etats-Unis. 

Mais je n’ai pas décidé d’ecrire cette lettre pour vous raconter ma vie, même si vous donnez l’apparence d’un homme capable d’ecoute, ce qui une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de vous adresser ce message.

Voilà donc quelques mois que vous êtes notre président, et les nuages commencent à s’assombrir au-dessus de nos têtes, à nous, enseignants. C’est devenu une sorte de rituel de s’en prendre à l’ecole et à ses représentants, pour, d’une part, faire des économies, et, de l’autre, plaire aux esprits chagrins et jaloux qui lorgnent sur nos congés. On parlé de gel du point d’indice, de gel du nombre de fonctionnaires, de réforme du baccalauréat avec certaines matières  » élues » à l’epreuve finale et d’autres au contrôle continu, on parlé d’allonger notre temps de travail, de réduire nos vacances…la chasse aux sorcières, qui ne s’est jamais vraiment interrompue, reprend.
Laissez-moi vous peindre un rapide tableau de notre métier, que j’exerce depuis 25 ans, depuis que j’obtins le couronnement de ma passion pour l’anglais : la sacro-sainte agrégation.

D’abord, des années difficiles, et qui le sont encore bien plus pour mes jeunes collègues qui débutent aujourd’hui, puisque les incivilités ont poussé sur le terreau de la crise, de la baisse des exigences, de la fuite de certains parents devant leurs responsabilités éducatives, de la dégradation de l’image des enseignants au gré des coups de canif des différents gouvernements…

Puis, enfin, une certaine stabilité et des conditions d’enseignement convenables, de vraies rencontres avec des élèves et des collègues que l’on garde dans son cœur. 
Et puis, les problèmes reviennent, mais pas les mêmes : les heures d’enseignement se réduisent comme peau de chagrin ( enseigner une langue en 2h 1/2, voire 2 h par semaine, vraiment ???), le dernier arrivé de l’equipe pédagogique va devoir enseigner dans un 2eme établissement, parfois éloigné, les effectifs augmentent ( enseigner et évaluer à l’oral une classe de 30 élèves, vraiment ???), des nouvelles modalités obligent les professeurs de langue à organiser eux-mêmes des évaluations de compréhension et d’expression orale, requérant des heures de travail supplémentaires pour lesquels ils ne seront bien sûr pas rémunérés, les tensions se développent entre professeurs pour toutes ces raisons… parallèlement, de plus en plus d’eleves démotivés arrivent au lycee car les places manquent dans les sections professionnelles, la tâche se complique encore car il faut essayer de s’adapter à leur niveau, souvent très bas, sans sacrifier les quelques élèves motivés et sérieux, qui ont, eux, un bon niveau… mission impossible, épuisante, attristante. Pour couronner le tout, l’enseignant, dans la plupart des cas, se sent bien solitaire car, entre lui et les parents, l’administration a souvent bien vite choisi. Il ne lui reste plus, alors, que le soutien de ses collègues et de sa famille. 

Pour preuve du desarroi des enseignants, la difficulté de l’etat à recruter et à conserver ses enseignants, le nombre croissant de démissions…le dernier attrait de cette profession mal traitée et mal aimée, ce sont les vacances si jalousées mais si nécessaires pour se reconstruire entre 2 années scolaires. Qu’en sera-t’il alors si elles sont amputées ? Qui voudra encore faire ce métier souvent ingrat et épuisant ?

Et pourtant, n’est -elle pas à la base de tout, cette école ? Pourquoi toujours la sacrifier ? En ces temps violents et désespérés, ne faudrait-il pas plutôt lui donner les moyens de faire valoir les règles et la discipline nécessaires à la vie en société, lui permettre d’avoir des exigences envers les élèves, lui donner les moyens de donner un vrai bagage à chacun d’entre eux ? Ne voyez-vous pas une corrélation entre le mal que l’on a fait à l’ecole et l’etat de la société aujourd’hui ?

Je crois trouver en vous un homme de raison qui a plus à coeur de faire avancer son pays que de porter le coup de grace a l’ecole pour economiser quelques sous et faire plaisir aux esprits jaloux-qui gagnent souvent plus d’argent que les enseignants qu’ils decrient.
Cordialement »

monsieur le président

Feignasse un jour feignasse toujours…

Par C.

« Je suis PE à la Réunion. Il fait beau il fait chaud et je vais à la pla… Non! À un colloque sur l’éducation positive. Et ensuite préparation de séquence pour alimenter un paddlet ! Feignasse un jour feignasse toujours… Quand on aime on ne compte pas .réunion

Comment peut se reconvertir un prof ?

Par M.D

« Salut les feignasses! J’espère que la rentrée s’est bien passée pour les collègues de la zone A. J’avais une question qui me taraude depuis quelques mois: quels moyens avons-nous pour envisager une reconversion? Vers qui se tourner? Parce que sincèrement ça fait 3 ans et j’en ai déjà ras le bol alors oui on va me dire « c’est normal c’est le début, il faut attendre d’avoir fait sa place tu verras c’est beaucoup mieux etc » mais sincèrement je ne me sens pas le courage d’attendre 10 ou 15 pour me fixer dans la zone que je recherche. Alors quels choix avons-nous? Qui peut nous conseiller? »

A vos claviers en commentaires !

Pourquoi les profs ont besoin de vacances toutes les 6 semaines

Par Laura G-S

« Avant-veille de vacances:
7H50 arrivée au lycée, discussion sur un projet MPS, et sujet donné à la vie scolaire pour un DS de rattrapage pour les absents
8H10: cours de terminale S: 5 élèves en suivi, pb familiaux , pb psy – TS la semaine d’avant, et une conciliation entre mère et fille très difficile (forte inquiétude du retour)
10H: pause …
discussion tendue avec J qui ne comprend pas son 0 pour un DM non rendu
discussion avec M pour des absences non justifiées
discussion avec E pour sa TS
discussion avec L et M pour un projet tutorat
pause finie 😦
10H15-10H30: essai de TP pour les ECE
10H30-11H15: intendance, gestion des stocks, suite de l’audit sécurité
11H15-12H00: anonymat des copies de bac blanc, répartition …
12H00-12H15: photocopies
12H20: retour chez soi, repas, mari parti bosser à 12H (pas vu) gosses à la cantine
12H50: retour au lycée
13H00: séparation de 3 secondes en train de se bousculer très fortement dans les couloirs puis TP
14H30: pause – retour à l’intendance
14H35: Tp du groupe 2
16H00: pause: discussion sur le projet MPS …
16H10: MPS: suivi des élèves, c’est dense
17H30: entretien avec une élève qui s’est faite virer de l’atelier danse
17H45: entretien avec proviseur sur les projets de fin d’année (APB, tutorat, immersion, …)
19H30: je rentre à la maison!
encore une journée qui m’explique pourquoi les profs ont besoin de vacances toutes les 6 semaines!

Coup de gueule d’un enseignant

Par Nicolas  Rayez.

« Comment est-ce possible que l’on puisse sacrifier aujourd’hui notre jeunesse.

Je ne comprends pas pourquoi les élèves se retrouvent à 36 par classe au lycée alors qu’il n’y a qu’une personne en face pour les aider.

Je ne comprends pas pourquoi on supprime des conseillers d’orientation alors que nos jeunes sont de plus en plus perdus.

Je ne comprends pas pourquoi on veut faire des classes avec tous les niveaux alors qu’en faisant cela on empêche chaque élève d’évoluer à son rythme !

Je ne comprends pas pourquoi les mathématiques sont encore considérées comme une matière supérieure à l’EPS par beaucoup de monde alors qu’il faut aussi comprendre notre corps.

Je ne comprends pas pourquoi la filière scientifique se sent si intelligente face à la filière professionnelle.

Je ne comprends pas pourquoi l’école est parfois si loin de la réalité alors qu’il faudrait les aider à la comprendre.

Je ne comprends pas pourquoi l’élève n’est qu’un numéro, qu’une note aux yeux du système ou bien de ses parents alors que nous même ne l’avons pas forcément toujours bien vécu.

Je ne comprends pas pourquoi nos jeunes sont assis aussi longtemps sur une chaise par jour alors qu’on ne pourrait plus le faire.

Je ne comprends pas pourquoi la place des loisirs ou de la vie de famille passe après les nombreux devoirs journaliers alors que dans la journée ils sont déjà à l’école.

Je ne comprends pas pourquoi l’école se forme essentiellement au numérique alors que de nombreuses personnes ne savent pas encore lire ou compter correctement.

Je ne comprends pas pourquoi un enseignant est souvent livré, abandonné devant une classe alors qu’il débute.

Je ne comprends pas pourquoi certains parents veulent faire de leurs enfants des machines alors qu’ils ont d’abord besoin de s’épanouir.

Je ne comprends pas pourquoi l’école est parfois devenue si inintéressante alors qu’il y a un tas de choses à apprendre. Je ne comprends pas pourquoi un élève sait appliquer le théorème de Pythagore alors qu’il a du mal à faire une réduction de 20 %.

Je ne comprends pas pourquoi certains se révoltent contre l’enseignement alors qu’il faudrait l’aider. Je ne comprends pas pourquoi nos politiciens abordent uniquement le nombre de profs ou les zones prioritaires alors qu’il y a un tas d’autres questions à répondre.

Je ne comprends pas pourquoi le ministre de l’éducation n’a jamais été prof alors qu’il doit les diriger.

Je ne comprends pas pourquoi l’école doit dire amen à tout alors qu’elle doit soit disant les former.

Je ne comprends pas pourquoi certains élèves ne pourraient pas partager leurs compétences musicales ou autres…

Je ne comprends pas pourquoi l’élève n’aime pas l’école alors qu’il y passe ses journées.

Je ne comprends pas pourquoi autant de profs démissionnent ou font un burn-out alors qu’il faudrait se battre.

En fait … Si je comprends. Je comprends pourquoi …
Je comprends que le jour où l’élève sera considéré comme unique et non plus 1/36ème on aura la capacité de le faire évoluer.

Je comprends que le jour où tout le monde travaillera pour faire évoluer l’enseignement on progressera.

Je comprends que le jour où l’enseignant ne sera pas pointé du doigt pour une broutille mais soutenu pour son travail, le système éducatif évoluera.

Je comprends que notre école va mal et qu’elle doit évoluer alors que nous avons tous les acteurs pour réussir.

Je comprends que le métier d’enseignants fasse aussi peur aujourd’hui …

Mais je comprends que des centaines de milliers d’enseignants font un travail super chaque jour et qu’il ne faut surtout rien lâcher !

Et je comprends également que nos jeunes sont les principaux acteurs de demain et qu’il faut les aider à avancer. »