C’est à l’école, et dès le plus jeune âge, que s’apprend l’égalité entre les sexes.

Pour cela, le ministère vient d’éditer une nouvelle brochure sur l’égalité fille/garçon   au niveau national et l’a  déclinée dans les différentes académies.

Les garçons réussissent toujours moins bien que les filles à l’école. Ils ont plus souvent des difficultés en lecture et poursuivent moins souvent des études longues : 16 % des garçons sortent de formation initiale sans diplôme, contre 11 % des filles.

0

Après l’abandon en 2014 des ABCD de l’égalité notamment dans le Premier degré, le gouvernement a un peu laissé de côté la lutte contre les stéréotypes à l’école.

Présenté à la presse ce mercredi 22 février, le rapport “ “Formation à l’égalité filles-garçons : faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité” du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) est un document dense de 56 page.

stereotypes

La formation des enseignants est remise en cause dans ce domaine car insuffisante, sauf que les enseignants sont toujours aussi mal formés. Le Haut Conseil à l’égalité souligne l’écart entre la priorité affichée par le gouvernement et l’état de la formation des enseignants.

Selon les rapporteurs, il y a  un « déficit d’offres de formation continue»  avec trois journées sur ces questions recensées en 2014-2015, aucune en 2015-2016, et une, seulement, en 2016-2017. Mais face au nombre de journées de formation dédiées à la réforme du collège, comment trouver les moyens de financer en temps et argent ce type de formation.

Il y a toujours un déficit de filles dans les filières scientifiques, l’orientation étant toujours autant sexuée.

Tout est désormais étudié pour essayer de comprendre commet s’installent ces stéréotypes. Des lieux comme des cours d’école servent de sites d’observation de ces stéréotypes dès le plus jeunes âges.

Mais dans les faits, comment luttez-vous en tant qu’enseignants dans la lutte contre les stéréotypes ?

 

 

0

Vu dans un article de Rue 89, une étude sur l’occupation de l’espace dans une cour de récréation. On y retrouve tous les prémices des futurs stéréotypes avec une place proéminente offerte aux garçons.egalite-filles-garconOn peut reprocher à cet article de donner l’impression que le football est la seule activité valable et intéressante pour s’amuser et de mettre totalement de côté les garçons qui n’aiment pas le football pour ne donner la parole ….qu’aux filles.

Néanmoins, les raisons pour lesquels les stéréotypes perdurent viennent beaucoup de ce que les élèves voient tous les jours dans leur environnement. Il ne s’agit pas de retirer aux garçons de l’espace pour le rendre aux filles mais à leur apprendre à le partager de façon efficace.

 

0