Y a-t-il un pilote à la DGESCO ?

Un article du journal Le Monde du 22/07/201 nous apprend que depuis juillet, la Direction générale de l’enseignement scolaire, au ministère de l’éducation nationale, n’a plus de chef.

Comment est-il nommé ?

Le décret du 24 mai 2016 a transformé le mode de nomination des directeurs de l’Administration centrale, instituant un « comité d’audition » (comprenant au moins cinq personnes) censé émettre un avis sur les « aptitudes » des candidats, sélectionnés conjointement par le ministre et le premier ministre.

Qui était à  ce poste de numéro 2 de l’EN.

Florence Robine

Florence Robine

Longtemps occupé par Jean-Michel Blanquer, aujourd’hui Ministre de l’éducation National, il était pourvu, jusqu’au 5 juillet, par Florence Robine, une des rares femmes à avoir été rectrice plusieurs fois. Mais après avoir eu à détricoter les réformes précédentes, dont celle du collège, elle a été remerciée par Jean-Michel Blanquer et est aujourd’hui Rectrice du Grand’Est. L’intérim est pour l’instant assuré par son adjoint Xavier Turion.

 

Les candidats potentiels

La rentrée approchant à grands pas, il est temps de nommer quelqu’un à la tête de la DGESCO

Jean Michel Huart

Jean Michel Huart

Il est l’un des chefs de cabinet du ministère, où il travaille actuellement. Il est donc bien au fait de tous les dossiers en cours. « Ex » de l’équipe Chatel, (conservé au ministère par la gauche), il a la confiance de M. Blanquer. La seule chose qui pourrait l’empêcher d’accéder au poste est qu’ il n’a jamais été recteur.

 

 

Christophe Kerrero

Christophe Kerrero

Très proche de Jean-Michel Blanquer,  cet agrégé est son  directeur de cabinet et  a été Directeur général adjoint de la région Ile-de-France, chargé des lycées, passe pour un rescapé de la Sarkozie.

Il n’est pas très aimé  chez les enseignants car il aimerait beaucoup appliquer le programme du dernier livre de Jean-Michel Blanquer, « L’école de demain« . On dit aussi qu’il est plutôt proche d’une association plutôt réac’, SOS Education, à qui il aurait donné une interview qui a disparu depuis.

 

 

 

Calendrier des vacances scolaires 2018/2019

Est paru aujourd’hui au BO, le calendrier des vacances scolaires 2018/2019.

Pour la métropole uniquement

(les Calendriers des DROM seront accessibles ici dès leur parution):

vcances 2018-2019

Le ministère précise que :

  • Si on est d’examen, on  sont en service jusqu’à la date fixée pour la clôture de ces examens par la note de service établissant le calendrier de la session.
  • Deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexion et de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques.On assiste ainsi à une annonce officielle des réunions et des formations en dehors des heures de cours en soirée ou le mercredi après-midi
  • Il n’y aura pas cours le  vendredi 31 mai 2019 et le samedi 1er juin 2019.
  • Les vacances débutant le samedi, pour les élèves qui n’ont pas cours ce jour-là, le départ a lieu le vendredi après les cours.

Sur l’informatique

Comme on utilise de plus en plus le numérique, les feignasses que nous sommes, nous devons souvent nous équiper à titre personnel. Et cela a forcément un coût alors autant réduire les frais autant que possible.

réduc pc

Voici quelques réductions offertes aux enseignants

Achat d’ordinateur :

  • HP : ordinateurs, imprimantes

Des réductions jusqu’à 30 % sur des ordinateurs fixes ou portables, imprimantes, PDA… Offre réservée aux étudiants, parents d’élèves et enseignants.
Boutique HP en ligne

  • Apple : ordinateurs et périphériques

Des réductions sur des ordinateurs fixes ou portables, lecteurs MP3, imprimantes… 
Offre réservée aux étudiants majeurs et enseignants.
Boutique Apple Education

  • Dell : ordinateurs et périphériques

Des réductions de 3 %à 10% suivant le montant de la commande sur des ordinateurs fixes ou portables, lecteurs MP3, imprimantes…
Offre réservée aux étudiants, parents d’élèves et enseignants. 
Site Dell « employés de l’éducation nationale »

Vous pouvez déduire vos achats de matériel informatique et leurs consommables de vos impôts.

bonne ideeConcrètement, si vous achetez un ordinateur utilisé à titre professionnel, vous pourrez déduire :

  • soit son prix total s’il n’excède pas 500 € hors taxes (600 € TTC) ;
  • soit 1/3 de sa valeur pendant 3 ans si son prix excède 500 € HT.

Il faut donc vérifier avant de le déclarer que cela soit plus intéressant que l’abattement de 10%.

Logiciels

  • Bureautique

Suite à l’accord passé par le MEN avec Microsoft, la suite Office (Word,Excel, Outlook, Publisher etc..) est disponible pour 11.10€  (contre 79/89€ minimum Tarif grand public).Il faut, par contre justifier son appartenance à l’EN avec son adresse mail académique.

En logiciel libre, Libreoffice offre une bonne alternative à Microsoft office.

  • Antivirus

Il existe de nombreux antivirus efficaces et gratuits comme AVAST ou AVIRA  (licence annuelle  pour les deux ).

Le ministère de l’éducation nationale a conclu un marché avec la société TrendMicro pour protéger les ordinateurs des écoles, collèges et lycées publics et privés ainsi que ceux de ses services centraux et déconcentrés. Cette possibilité s’inscrit dans le temps (durée 5 ans), financée par le ministère.

Le cadre du marché autorise chaque agent de l’éducation nationale à bénéficier d’une licence de ce produit pour son ordinateur personnel à des fins professionnelles sur 3 postes maxi.

Pour y avoir droit, une simple adresse académique (…@ac-orleans-tours.fr par exemple) suffit  sur ce formulaire  car un lien de téléchargement et les clés d’enregistrement vous seront envoyés à cette adresse. Attention cette version n’est pas à installer dans les écoles.Pour les écoles, il faut contacter le Conseiller Technique Tice de votre circonscription.

Multimédia

Adobe : Des réductions de 75 à 90% (suivant l’académie) sur de nombreux logiciels Adobe. Mais l’offre n’est disponible que pour les établissements scolaires.
Site Adobe éducation

Il faut néanmoins guetter les promotions sur leur site classique car il y a des offres intéressantes comme par exemple Adobe première Element et Adobe Première Photoshop pour 79€ les deux au lieu de 99€/logiciels.

L’équivalent en libre de Photoshop est le classique et non moins efficace,  GIMP (de nombreux tutos sont disponibles en ligne).

Pour le montage vidéo, en dehors de Windows movies maker, largement suffisant pour un usage pédagogique, il y a Vidéopad.

Pour réaliser   des tutos rapides , Bandicam permet de faire des vidéos d’écrans avec une animation à chaque clic pour que les élèves se repèrent bien.

 

 

La fin du monopole de la MGEN

Le 6 juillet, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé pour ses personnels, pour ceux des ministères de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, de la culture et des sports, le référencement de trois organismes de protection sociale complémentaire : la MGEN qui reste référencée, AXA-Interial et la CNP-assurances.

Logo_MGEN_2015Jusqu’à présent,  la MGEN, mutuelle professionnelle historique du monde éducatif avait été seule à être référencée. Elle fait partie des sécurités sociales de la fonction publique et est également une mutuelle. Le plus souvent, le plus simple est d’avoir sa sécurité sociale et sa mutuelle au même endroit.

Lorsqu’on rentre dans le métier ou les des changements familliaux (mariage, pacs, naissance etc.) se pose la question de la couverture sociale.Si on choisit la MGEN, la cotisation se fait le plus souvent par prélèvement direct sur le salaire (sauf indication contraire de votre part) et est fonction de votre indice. Plus votre indice est élevé, plus votre cotisation sera élevée. Rentre aussi en ligne de compte, la formule de protection que vous aurez choisi. Vous trouverez toutes ces informations dans un article très complet   de Julien Delmas.

mutuelle-sante@w_720

Mais la MGEN n’est pas forcément la plus adaptée à votre cas et vous n’êtes obligsé  de  souscrire de couverture santé et/ou prévoyance complémentaire. Il arrive que la couverture mutuelle de votre conjoint soit plus intéressante d’un point de vu tarif et prestations. Il est courant sur les groupes et forums de profs de voir la question suivante : Quelle est l’alternative la plus intéressante ? Le plus souvent reviennent Harmonie mutuelle, la MAGE, etc..

La MGEN a un point fort :  la prestation « Prévoyance  » qui vous garantit votre salaire en cas d’arrêt maladie ou accident grave. On peut y adhérer sans être couvert par la mutuelle MGEN pour environ 40€/mois.

Maintenant reste à savoir si l’ouverture à la « concurrence » ne risque pas d’amoindrir les prestations.

 

Votre Région a de l’Enseignant

Par Niko Las

Il manque des profs dans votre région, des informations sur un établissement, des discussions par région ? Alors rejoignez votre groupe par région

Les Hauts de France.
https://www.facebook.com/groups/900684600069702/

L’ile de France
https://www.facebook.com/groups/1807071819333748/

La Nouvelle Aquitaine
https://www.facebook.com/groups/124748991466151/

La Bretagne
https://www.facebook.com/groups/256168291544991/

La Bourgogne Franche Comté
https://www.facebook.com/groups/1747545852211198/

Auvergne Rhône Alpes
https://www.facebook.com/groups/365098440560203/

Normandie
https://www.facebook.com/groups/801192130038703/

La Corse
https://www.facebook.com/groups/808472382650176/

L’Occitanie
https://www.facebook.com/groups/1952643781621554/

Centre Val de Loire
https://www.facebook.com/groups/1400651569989010/

PACA
https://www.facebook.com/groups/848357775322164/

Pays de la Loire
https://www.facebook.com/groups/491204897938185/

Grand-Est
https://www.facebook.com/groups/480872535611720/

19030615_10211269674350313_1397352870960799201_n

Monsieur le président….

Par anonyme

« Monsieur le président,
Cela commence comme le célèbre poème de Vian, auquel je fus initiée – j’en garde un souvenir ému – par Mr Luciani, professeur de français au collège de la région parisienne qui m’accueillit comme élève. 

L’ecole, j’y suis encore, 35 ans après, mais ce ne sont pas les Lettres qui ont eu ma préférence -quoique ce fut mon deuxième sujet de prédilection -mais la langue de Shakespeare, dont je tombai amoureuse en découvrant les Etats-Unis. 

Mais je n’ai pas décidé d’ecrire cette lettre pour vous raconter ma vie, même si vous donnez l’apparence d’un homme capable d’ecoute, ce qui une des raisons pour lesquelles j’ai décidé de vous adresser ce message.

Voilà donc quelques mois que vous êtes notre président, et les nuages commencent à s’assombrir au-dessus de nos têtes, à nous, enseignants. C’est devenu une sorte de rituel de s’en prendre à l’ecole et à ses représentants, pour, d’une part, faire des économies, et, de l’autre, plaire aux esprits chagrins et jaloux qui lorgnent sur nos congés. On parlé de gel du point d’indice, de gel du nombre de fonctionnaires, de réforme du baccalauréat avec certaines matières  » élues » à l’epreuve finale et d’autres au contrôle continu, on parlé d’allonger notre temps de travail, de réduire nos vacances…la chasse aux sorcières, qui ne s’est jamais vraiment interrompue, reprend.
Laissez-moi vous peindre un rapide tableau de notre métier, que j’exerce depuis 25 ans, depuis que j’obtins le couronnement de ma passion pour l’anglais : la sacro-sainte agrégation.

D’abord, des années difficiles, et qui le sont encore bien plus pour mes jeunes collègues qui débutent aujourd’hui, puisque les incivilités ont poussé sur le terreau de la crise, de la baisse des exigences, de la fuite de certains parents devant leurs responsabilités éducatives, de la dégradation de l’image des enseignants au gré des coups de canif des différents gouvernements…

Puis, enfin, une certaine stabilité et des conditions d’enseignement convenables, de vraies rencontres avec des élèves et des collègues que l’on garde dans son cœur. 
Et puis, les problèmes reviennent, mais pas les mêmes : les heures d’enseignement se réduisent comme peau de chagrin ( enseigner une langue en 2h 1/2, voire 2 h par semaine, vraiment ???), le dernier arrivé de l’equipe pédagogique va devoir enseigner dans un 2eme établissement, parfois éloigné, les effectifs augmentent ( enseigner et évaluer à l’oral une classe de 30 élèves, vraiment ???), des nouvelles modalités obligent les professeurs de langue à organiser eux-mêmes des évaluations de compréhension et d’expression orale, requérant des heures de travail supplémentaires pour lesquels ils ne seront bien sûr pas rémunérés, les tensions se développent entre professeurs pour toutes ces raisons… parallèlement, de plus en plus d’eleves démotivés arrivent au lycee car les places manquent dans les sections professionnelles, la tâche se complique encore car il faut essayer de s’adapter à leur niveau, souvent très bas, sans sacrifier les quelques élèves motivés et sérieux, qui ont, eux, un bon niveau… mission impossible, épuisante, attristante. Pour couronner le tout, l’enseignant, dans la plupart des cas, se sent bien solitaire car, entre lui et les parents, l’administration a souvent bien vite choisi. Il ne lui reste plus, alors, que le soutien de ses collègues et de sa famille. 

Pour preuve du desarroi des enseignants, la difficulté de l’etat à recruter et à conserver ses enseignants, le nombre croissant de démissions…le dernier attrait de cette profession mal traitée et mal aimée, ce sont les vacances si jalousées mais si nécessaires pour se reconstruire entre 2 années scolaires. Qu’en sera-t’il alors si elles sont amputées ? Qui voudra encore faire ce métier souvent ingrat et épuisant ?

Et pourtant, n’est -elle pas à la base de tout, cette école ? Pourquoi toujours la sacrifier ? En ces temps violents et désespérés, ne faudrait-il pas plutôt lui donner les moyens de faire valoir les règles et la discipline nécessaires à la vie en société, lui permettre d’avoir des exigences envers les élèves, lui donner les moyens de donner un vrai bagage à chacun d’entre eux ? Ne voyez-vous pas une corrélation entre le mal que l’on a fait à l’ecole et l’etat de la société aujourd’hui ?

Je crois trouver en vous un homme de raison qui a plus à coeur de faire avancer son pays que de porter le coup de grace a l’ecole pour economiser quelques sous et faire plaisir aux esprits jaloux-qui gagnent souvent plus d’argent que les enseignants qu’ils decrient.
Cordialement »

monsieur le président

Cherchez l’erreur

Texte de Seb Bridge pour le Café pédagogique reproduit ici avec son aimable autorisation.

 Le débat est ouvert (désolé pour les tournures de phrases parfois discutables). Je file… Que les recalés ne s’inquiètent pas ils seront contractuels pour moins de 1400 euros par mois. Ou alors vacataires et non rémunérés pendant les vacances. On les verra défiler et il faudra leur expliquer la chanson, le métier (pour les débutants), jouer les tuteurs officieux, leur passer des cours (ce qui ne me pose aucun problème). Et finalement constater les effets néfastes sur les élèves qui sont soumis malgré eux à cette valse des enseignants… C’est PITOYABLE.

Dans le privé si tu as un poste à pourvoir et que les candidats ne te satisfont pas comment réagir ?

1/ Proposer une rémunération supérieure (ce n’est pas dans l’air du temps)

2/ Accepter un candidat qui ne valide pas tous tes critères (il faudra bien quelqu’un dans tous les cas)

3/ Ne pas pourvoir le poste et compenser (Heures sup encore faut-il que les autres employés acceptent, travail supplémentaire du chef d’entreprise : jusqu’à preuve du contraire les chefs d’établissement n’assurent pas les cours).

4/ Se tourner vers l’intérim et multiplier les CDD. Cette dernière option semble plus flexible mais elle a des effets plus vastes sur la vie de l’entreprise…. Voici ce que je pense comme la plupart de mes collègues : Reconnaissance, fidélité, respect sont souvent les maitres mots pour envisager de construire un projet solide et pérenne.

Une collègue qui vient de réussir le concours s’étonne que seuls 80 postes sur 91 ont été pourvus. Ma réponse : 11 personnes non stagiaires donc 11 personnes qui potentiellement ne signeront pas un CDI pour 35 ou 40 ans. 11 tuteurs à trouver à moins (qui coûtent 5000 euros bruts par an à l’Etat), 11 primes de titularisation en moins à verser, 11 personnes en moins à accueillir à l’ESPE.

Contractuels ne vous inquiétez pas, on a tout prévu pour vous. Des formations flashs en 12h (en supposant que les inspecteurs parviennent à vous détecter).

Promettre 91 postes et n’en pourvoir que 80 c’est faire croire que les postes sont accessibles c’est dire à la société civile qu’on veut recruter des enseignants pour leurs enfants mais que malheureusement les personnes qui se présentent semblent (je dis bien semble…) incompétentes. Malgré tout, on proposera un contrat temporaire à ces mêmes personnes. Cherchez l’erreur.

Une collègue contractuelle vient d’avoir un avis très favorable de la direction et de l’inspecteur suite à l’année qu’elle a passé parmi nous. Elle a prouvé l’étendue de ses compétences. Je peux sans me tromper dire qu’elle est l’enseignante qu’il faut à nos élèves. Mais elle a consacré beaucoup de temps à son activité pro et elle a échoué de peu au concours. Elle reste donc une simple contractuelle tout aussi compétente que n’importe quel stagiaire mais qu’on pourra déplacer à volonté. Elle a eu le droit au traditionnel « peut-être à la rentrée ». Elle aura la réponse le 4 septembre quand la pré-rentrée aura eu lieu. Et comme si ça n’avait aucune incidence sur l’ambiance dans les établissements et aucun effet sur les élèves.

Grosse envie de m’énerver

Par Soso Dany

« Ce soir, je prends ma voiture pour rentrer après une longue, très longue journée d’oraux. Comme je suis une prof sérieuse, hein, j’écoute France info dans la voiture (et puis ça fait bien devant les élèves…). Ça bouchonne un peu alors je peux écouter les infos tranquillou. Grosse envie de m’énerver! Il va falloir faire des économies. Alors la cour des comptes se creuse la tête. Oh mais oui mais bien sûr ! Les fonctionnaires! Et si on gelait leur point d’indice?
Autre info notable : plus de 100 000 futurs bacheliers sont sans affectation pour la rentrée. Y a pas de place… Oui mais pourquoi? Parce qu’on a fait des économies sur leur dos.
Y a un moment, Versailles et compagnie, c’est vraiment nécessaire? Parce que dans mon village, y a une salle des fêtes et c’est pas cher. Promis, les élus du peuple, je vous ferai une piémontaise! »

enervé