Mais je vais y aller. Parce que je suis fonctionnaire de l’Etat, alors je vais fonctionner…

Moi aussi, si vous le voulez bien, et sans prétention aucune, je voudrais partager une expérience de prof, de fonctionnaire, de vie citoyenne.

Voilà, j’habite à Carcassonne, je travaille dans un gros collège de centre-ville, tranquille mais dynamique. Et vendredi, pendant que des gens se faisaient tuer dans un supermarché à 7 km de là, j’ai vécu le confinement partiel, le vrai, pas l’exercice…

Je ne veux pas me vanter, ni recevoir des plaintes ou autres, juste partager ce que c’est d’être prof dans des moments terribles comme celui-ci, et aussi montrer qu’on a tous des ressources insoupçonnées en nous.
Alors voilà, je vous assure, c’est pas une blague, dans un moment comme celui-ci, alors que nous savons tous en classe les événements qui se déroulent, avant même l’alarme confinement, on se met en mode robot: on rassure, on sourit, on est soi-même persuadé que tout va bien, que nos élèves sont en sécurité, on est vraiment en confiance. Au moment de l’alarme, un mécanisme interne se met en route, on ne s’en rend compte qu’après-coup, et là, on agit, on fait, et de nouveau, parmi les crises d’angoisse d’ados apeurés, on rassure, on câline… Et on reste là, ce sont nos élèves en premier, on lâche pas, on se détache de soi…

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes: le soir, on récupère sa petite famille, on fait à manger, on envoie des messages rassurants, on se couche, on ne réalise toujours pas. Ce fut une bonne journée de m***, mais on relativise, d’autres ont vécu l’horreur…

C’est le lendemain que ça ne va pas. Je n’ai pas dormi,  j’ai du mal à me lever. J’ai mal partout. Au moindre cri entre les enfants, j’ai envie de pleurer. Aller au supermarché, parce qu’il faut bien manger, me ramène à la réalité, il ne faut pas lâcher devant les petits… Le weekend se passe.
Et demain, je ne veux pas y aller, je ne veux pas expliquer aux enfants, je ne veux pas voir ces mêmes élèves qui sont restés confinés avec moi, je ne veux pas faire semblant, ni garder le sourire.

Mais je vais y aller. Parce que je suis fonctionnaire de l’Etat, alors je vais fonctionner… et j’espère que je vais y arriver.

 

par Gwen Mc Feignasse

6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.