Par Vis ma vie d’instit

“Vous le savez peut-être, mais quand on passe le concours de prof, on peut être admis, recalé, ou être placé sur une liste complémentaire, c’est à dire un peu le cul entre deux chaises. On nous dit qu’on nous appellera si on a besoin (en général, lorsque des admis se désistent, peu importe la raison).
On m’a raconté qu’à Nice, alors qu’il y a plus d’une centaine d’enseignants non remplacés chaque jour (beaucoup de congés maternités ou maladies, notamment dans les quartiers difficiles, peu de remplaçants qui tombent parfois malades eux-aussi), on a préféré dire aux candidats sur liste complémentaire que leur liste n’a jamais existé (ah bon ?) et qu’ils viennent de nommer à la place des contractuels.

Quesquecé, un contractuel ? Bah c’est quelqu’un qui vient, et qui prend la classe, comme ça, du jour au lendemain. En gros.
Je schématise, et certains de ces contractuels sont mille fois plus compétents que moi. Mais pour la majorité (du moins pour leur premier poste), ce sont des gens qui n’ont pas été formés à la pédagogie (je râle sur la formation à l’ESPE, mais là, c’est à des années lumières. On ne leur donne tout simplement RIEN), qui sont parachutés en CDD dans une classe sans la moindre aide.
Ce qui est drôle, c’est qu’on a placé ces contractuels dans des classes de petites sections, là où on ne met pas les stagiaires car trop dur à gérer (30 mômes de 3 ans dans une seule pièce, sans la moindre expérience, ça te dit ?)

Mais du coup, pourquoi mettre des contractuels à la place des candidats sur liste complémentaire ? Parce que le premier peut être remercié plus ou moins à l’envi, et que leurs salaires sont moins élevés/augmentent plus lentement, tandis que le second, une fois dans l’engrenage Educ’ Nat’, devient impossible à virer et coûte très cher. Le contractuel, compétent ou non, est un peu vu par l’administration comme un gros Kleenex bien pratique.

Niveau témoignages, si ça vous intéresse, on en trouve plein sur le net. Un article au hasard : http://www.lemonde.fr/…/les-contractuels-bouche-trous-de-l-…

C’est quand même rigolo de pleurer que les profs sont de plus en plus incapables, et d’accepter ce genre de choses.”

0

Dès 2007, un article des cahiers pédagogiques avec une interview de Christian Forestier  mettait notre système éducatif en cause dans la panne de “l’ascenseur social”. En dix ans et après diverses politiques éducatives, les inégalités sociales perdurent voire empirent…

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire a publié au mois de septembre un bilan sur l’impact de l’école sur les inégalités sociales. L’école française est devenue la plus inégalitaire de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L’enquête internationale PISA vient  une nouvelle fois de le rappeler. Les résultats  des élèves défavorisés sont en baisse ,alors que le  niveau des élites monte : le fossé se creuse.

La politique des ZEP/REP, faute de vrais moyens, est inefficace. Les efforts trop dilués. Et il n’ y a plus guère beaucoup de différence entre les établissements classés ou non.

Reste à trouver comment réduire ces inégalités sociales.

0

Le manque de reconnaissance, des conditions pas forcément attractives font que l’EN peine  à recruter suffisamment de professeurs pour faire face aux besoins. Elle a donc recours de plus en plus à des contractuels ou des vacataires.

Evolution du recrutement des contractuels de 2004 à 2013

graph_ni_2015_enseignants_non_titulaires_second_degre_public_416687

Source : ministère de l’Education Nationale

Peu voir pas formés, ils ont le gros avantage d’être une main d’oeuvre moins chère et plus malléable. Pour l’avoir vécu, moi-même en ex-contractuelle, il y avait 250€ de moins entre mon salaire de contractuelle et celui de stagiaire pour le même travail et les mêmes horaires, la précarité en plus…

teach-for-finance

 

Pire, selon l’UFAL (Union  des Familles Laïques), certaines organisations parascolaires en profiteraient pour privatiser l’enseignement en proposant leurs propres “mercenaires du professorat”. L’exemple flagrant ci-dessous avec “Teach For France”.

 

 

Et vous que pensez-vous de cette privatisation rampante ?

0

D’habitude, on nous traite de feignasses, de planqués mais on nous reconnaît au moins le fait de nous intéresser à la réussite de nos élèves. Notre école n’est pas parfaite mais elle est ouverte à tous. Pourtant certains comme dans l’exemple ci-dessous, pensent qu’on peut très bien être formé sans professeurs ni hiérarchie voir sans limite d’ambition. Et vous, ce monde sans feignasse vous en pensez quoi ?

0

Ce soir, sur Arte débute à 20h50 une soirée consacrée à Hannah Arendt, connue pour son article sur la crise de l’éducation en 1958.

http://www.arte.tv/player/v3/index.php?json_url=https%3A%2F%2Fapi.arte.tv%2Fapi%2Fplayer%2Fv1%2Fconfig%2Ffr%2F067753-000-A%3Fplatform%3DARTEPLUS7%26autostart%3D1%26primaryAudioVersion%3DVOA-STF%26lifeCycle%3D1&lang=fr_FR&config=arte_tvguide&embed=1&mute=0

A revoir pendant 7 jours sur Arte+.

0