L’académie d’Orléans tours a été la première à modifier ses dates de vacances de Pâques.

Où en est-on aujourd’hui ?

Sur douze académies de la zone B, quatre ont procédé à un changement officiel de dates :

“Dans les académies de Caen, Nantes, Orléans-Tours et Rouen, les vacances de printemps se dérouleront du mercredi 25 avril 2018 (après la classe) au lundi 14 mai 2018 (reprise des cours le matin) au lieu du 21 avril au 7 mai.

Cette disposition est prise à titre exceptionnel, après consultation au niveau régional selon les modalités habituelles.
Elle permettra d’éviter les inconvénients initiaux d’une semaine de rentrée perturbée par deux jours fériés des mardi 8 et jeudi 10 mai. Avec ce nouveau calendrier, les élèves bénéficieront strictement  du même nombre de jours de cours que prévu initialement”
L’académie de Rennes semble vouloir suivre le même chemin.

C’est plutôt une bonne nouvelle de feignasse car leurs vacances, rallongées, dureront ainsi deux semaines et demie!

vacances paques

Dans les académies d’Aix-Marseille, Amiens, Lille, Nancy-Metz, Nice, Reims et Strasbourg, le calendrier initial du ministère sera par contre conservé. La rentrée pour la dernière période se fera donc de manière hachée puisque après un lundi de cours, les établissements seront fermés – 8 mai oblige. Le mercredi, les enfants et adolescents reprendront le chemin de l’école avant de chômer à nouveau le jeudi pour l’Ascension,  mais ils ne feront pas le pont le  vendredi.

Pour l’anecdote, un professeur d’histoire-géographie de l’académie d’Orléans-Tours a déposé deux requêtes devant le tribunal administratif d’Orléans pour annuler la décision de modification du calendrier scolaire de Mme la Rectrice. La demande d’annulation se base sur l’article D 521-5 du Code de l’éducation. Il établit que “sauf dans les cas où elles sont motivées par des circonstances non prévisibles, les décisions résultant de l’application des articles D. 521-1 à D. 521-4 sont arrêtées et rendues publiques un an au moins avant la date d’effet prévue quand elles concernent l’ensemble d’un département ou de l’académie”. Et il est évident que le calendrier des jours fériés était bien prévisible. Donc affaire à suivre…..

 

0

Michel Lussault qui était jusqu’alors Président du Conseil des programmes  (CNP), vient d’annoncer sa démission dans un article du Monde publié aujourd’hui. Cela fait suite à  de nombreux  désaccords avec le ministre. 

Michel Lussault invité du 7/9 de France Inter

Michel Lussault : "Je démissionne pour envoyer un message au ministre" Le président du Conseil supérieur des programmes à l’Éducation nationale, démissionne. Il s'explique au micro de Nicolas Demorand et répondra aux auditeurs à partir de 8h40.

Publié par France Inter sur lundi 25 septembre 2017

0

Alors que nous vous annonçions que le ministre  des comptes publics avait signé les décrets d’application de la revalorisation en application des accords PPCR tout fier de lui, le ministère de l’Education Nationale annonce, lui de son côté, que l’application du PPCR sera reporté de 6 à 18 mois pour les enseignants.

Cette déclaration n’a bien évidemment pas été faite officiellement devant les enseignants, mais lors d’une réunion de travail avec les syndicats de chefs d’établissement. La nouvelle a fuité par le compte-rendu de cette séance par l’un de ces syndicats, ID-FO.

id fo

Pour un observateur extérieur, tout ceci donne l’impression d’un manque total de communication entre les ministères. Cela parait surtout injuste pour les enseignants car, ici, une fois encore, ils n’ont pas la même reconnaissance que tous les autres fonctionnaires d’Etat.

0

vacancesOn s’était tous rendus compte de l’absurdité du calendrier des vacances de printemps 2018 de la zone B (Du 20 avril au 7 mai 2018, suivi du 8 mai férié donc reprise le 9 mai et pour finir jeudi de l’Ascension sans pont prévu avec le vendredi !) Tous ?!!! Non ! un village d’irréductibles fonctionnaires au MEN a décidé de faire comme si tout était logique….

Et par miracle, la rectrice de l’académie d’Orléans-Tours, Katia Béguin, a accepté, par arrêté  en date du 20.09.2017, de corriger ces dates absurdes. Nous serons donc, nous les heureuses feignasses du Centre, en vacances, du  mercredi 25 avril après la classe au lundi 14 mai (reprise des cours le matin).

 Les deux jours fériés ont ainsi été englobés dans les vacances scolaires pour éviter une semaine de reprise entrecoupée; les vacances se trouvent cependant prolongées de deux jours, les jours fériés ne sont ainsi par perdus par les enseignants et les élèves.

0

C’est par Twitter que Gérald Darmanin, Ministre des actions et des comptes publics a annoncé le 15 septembre dernier qu’il a enfin signé les décrets d’application du PPCR pour l’ensemble de la fonction publique d’état.

Pour les enseignants, le décret  d’application est paru dans le JORF n°0108 du 7 mai 2017du 7 mai 2017. Il s’agit du décret n° 2017-786 du 5 mai 2017 modifiant divers décrets portant statut particulier des personnels enseignants et d’éducation du ministère chargé de l’éducation nationale.

Pour rappel, le PPCR remplace l’ancienne évaluation professionnelle jusqu’alors faite d’une note adminstrative et une note pédagogique.

 

0

L’association des maires de France (AMF) propose une carte exclusive sur le rythme scolaire dans les écoles.

Sur cette carte on se rend bien compte des disparités territoriales :

  • Sur les 21 735 communes (hors communes déléguées), 9 430 ont choisi de revenir à la semaine 4 jours à la rentrée, soit 43,38 %.
  • Dix académies de métropole sont au-dessus de 50 % de retour aux 4 jours : Aix-Marseille, Amiens, la Corse, Créteil, Dijon, Lille, Montpellier, Nice, Rouen et Versailles.
  • Dans les académies d’outre-mer, les communes ont très majoritairement choisi de ne pas modifier l’organisation du temps scolaire : à La Réunion, à Mayotte et en Guyane, aucune commune n’est revenue à 4 jours. Seules font exception la Martinique et la Guadeloupe, avec respectivement 88,2 % et 59,2 % de retour aux 4 jours
0

Mardi 18 septembre, au micro d’Europe 1, notre ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé pour la rentrée, des créations de postes dans le primaire conformément au  programme de Macron. Il n’a néamoins pas indiqué le nombre de postes créés.

Devant la difficulté de mise en oeuvre du CP à 12 élèves dans seulement 2500 écoles REP+, sa généralisation à tous les CP/CE1 de REP+ et REP est difficilement faisable. JM Blanquer doit trouver 9500 postes pour l’assurer. Et malgré  la suppression de l’ensemble des maitres surnuméraires cette année, il manque encore 4500 postes à pourvoir.

jmb europe1

Ceci est en totale contradiction avec l’annonce faite à la rentrée sur le nombre suffisant de personnel à L’EN.  Le terrain prouve le contraire. De nombreuses académies en sont rendues à recruter par petites annonces les enseignants manquants dans le secondaire.

En réalité, Jean-Michel Blanquer devrait créér bien plus de postes que ceux qu’il prévoit pour le primaire. On se demande bien comment c’est possible alors que l’heure est à l’économie et à la réduction du nombre de fonctionnaires.

Cette annonce à la radio parait alors comme un coup de comunication, dans laquelle Jean-Michel Blanquer excelle….

 

0

Alors que pour le ministère tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et que la rentrée scolaire s’st faite paisiblement en musique, la grogne ne cesse de monter dans les écoles.

La fin des contrats aidés, l’utilisation des PDQMC pour alimenter les CP à 12, les postes non pourvus dans le secondaire …sont autant de sujets de mécontentement comme le montrent nos deux cartes sur la métropole et les DOM/TOM.

N’hésitez pas à les compléter en ajoutant ce qui se passe dans votre établissement, votre ville, votre académie etc…Plus on aura d’informations plus ce sera facile de montrer ses défaillances au minstère et à l’Etat (cf. les contrats aidés).Pour cela, il suffit de saisir le lieu, de cliquer sur le petit crayon, de mettre une épingle et de remplir la description. Ou tout simplement de nous laisser vos informations en commentaire.

cartedom tom mouvement

 

 

0

L’injonction d’utiliser le numérique est de plus en plus forte. Mais face à un équipement pour le moins aléatoire selon les établissements, les enseignants sont de plus en plus nombreux à utiliser leur matériel personnel y compris en matière de numérique.

CNILDe nombreux établissements scolaires utilisent des services éducatifs en ligne qui ne rentrent pas dans le cadre réglementaire sécurisé fixé par le ministère de l’éducation nationale. Et on y laisse sans le vouloir un nombre incalculable de données.  Ainsi, des enseignants peuvent avoir recours à des applications web dont les ressources sont hébergées sur des serveurs distants, qui ne présentent pas les garanties nécessaires en matière de protection des données personnelles des élèves (L’EN ayant ouvert l’accès à ses données ).

La CNIL propose à tous les enseignants et personnels de l’EN qui le demandent  une formation à la protection des données personnelles. Cette formation n’est pas individuelle mais peut être une formation d’établissement ou académique. Pour cela il suffit d’en faire la demande ici.

0