Vendredi soir, fin d’une semaine de classe, un mélange de joie, de fatigue et une envie de partager le vécu de ces premiers moments d’une année scolaire.

Une certaine effervescence aussi, probablement liée au fait de déposer mes premiers mots sur la toile.

Le terme usuel de «Maîtresse» qui désigne mon rôle ne me convient plus. Je préfère me dire que je suis dans «un collectif» composé de 29 enfants et une adulte. 30 Êtres réunis pour une expérience de partage et d’apprentissages mutuels, le temps d’une année.

Il y a quelques temps, je découvrais la Communication Non Violente. Ma paire de chaussures pour être en relation avec moi et avec les autres. Et de là en découle un élan, celui de mettre l’Empathie au cœur du système scolaire. Le système scolaire public, l’école pour tous.

Pas envie de faire la révolution, ni de juger ce que fait mon voisin, juste un choix, celui de vivre mon élan, de passer d’un rêve à une réalité. Celle d’une évolution paisible par l’incarnation de mes aspirations pédagogiques.

Plus de manuel, d’évaluations, de programmations, de jeux compétitifs, de punitions … A la place: des plans de travail, des conseils de classe tous les jours, des jeux coopératifs, des «Comment je me sens-là?», un temps de « Bienvenue » pour chacun tous les matins, des «Contrats de réussite» à la place du listing des turbulences d’un enfant sur son cahier de liaison, des «écoutes empathiques» à la place des menaces …

Je sais ce que je ne veux plus faire, plus vivre. En pleine expérimentation sur le «Comment faire à la place?». J’avance en terrain inconnu. Je sens que mes anciens mécanismes ne sont pas loin, prêts à revenir dans les moments d’instabilité, dans ces instants où je me dis « Mince, je n’avais pas prévu ce cas de la figure, je ne sais pas quoi faire!» ou bien « C’est le bazar total là… ». Il y a aussi ces soirs où je me fais la réflexion que ce que j’ai fait était bien loin de mon intention de départ. Et ces mots déjà formulés au collectif: «Je me sens démunie, je regrette ce que j’ai dit, avez-vous une idée sur la façon dont nous pourrions gérer ensemble ce problème?». La surprise aussi d’entendre leurs idées créatives si pertinentes et leur compréhension face aux cafouillages.Touchée de voir leur enthousiasme au milieu de ce nouveau fonctionnement, l’adhésion des parents lors de la réunion de rentrée…

Aujourd’hui, Vendredi 15h :

Les enfants ont fait leur premier «moment de pitreries», la «Danse des canards» (musique de leur choix), chorégraphie de 10 membres de notre collectif, au milieu de la classe. Surprise d’y voir Eva, d’habitude si effacée …

Comment en sommes-nous arrivés là? Lundi dernier, lors du temps de regroupement, plusieurs enfants parlent de leur besoin de rire. S’en suit une recherche collective de stratégies pour répondre à ce besoin. Créativité du groupe: des exclamations «Moi je sais faire le pitre !», « Moi, aussi ! ». Décision du collectif : un temps de «pitreries» tous les jours à 15h. En les regardant gesticuler, hilares, sur la « Danse des canards » je me suis d’abord dit :«C’est une première, 15 années d’enseignement et jamais une telle pagaille dans ta classe ». S’en est suivi un moment d’insécurité :«Le calme va-t-il revenir ensuite ?» et enfin : le rire qui me gagne moi aussi. Lâcher-prise et confiance. Moment de partage, de légèreté et d’humour.

Et là, ce soir, une impression, celle de voir en filigrane, la naissance d’un collectif, de nouveaux liens, une première étape vers l’Empathie?

Par Marie Écrit

0

Par Olive Koenig

Quand tu veux monter un séquence d’apprentissage en maths, grandeurs et mesures….les mesures de longueur
Bon, ça a l’air simple comme ça…

systemes-mesure

“Bien les enfants, il y a les mètres. Vous connaissez quoi d’autre ? Les centimètres, bien. Et puis ? Les kilomètres, ok. Bon ben, c’est parfait…”

Oui mais voilà. Tu te dis, tiens, c’est marrant, on dit centimètre, mais on dit aussi, centigramme, et puis on dit centilitre. Ah puis c’est marrant, ça marche aussi pour les milli, les déca, les hecto, les kilo.
Bon, ils viennent d’où ces mots là, ces préfixes (zut, va falloir que je vérifie s’ils se souviennent ce qu’est un préfixe). Tiens, si on se demande ça, on dérive sur le français…préfixes. Oui mais alors, il viennent d’où ces mots là ?

Ah, trouvé, alors ils viennent du latin ET du grec. Alors pour les multiples, deca, hecto, kilo, ça vient du grec. Oui, mais pour les sous-multiples, déci, centi, milli, ça vient du latin. Et zut, je suis encore en français là…

Oui, mais c’est quoi le latin ? Et puis le grec, c’est celui des grecs ? Là, maintenant ? Ah ben non. C’est du grec ancien, et puis c’est comme le latin, c’est une langue “morte”. ce sont les romains qui parlaient latin dans l’antiquité…..Stoooop….tu fais de l’histoire là !

Bon et à quoi ça nous sert ? Ah oui, construire un tableau de conversion “universel”, qui va servir pour toutes les unités de mesure. Ah, mais ça va pas ça, je sors de ma séance “mesures de longueur”….batapi, je continue
Et alors, ça nous sert à quoi ? Ah, à comprendre les échelles sur une carte par exemple. ben oui, c’est bien ça les échelles sur une carte, ça parle…
Ah oui, mais re-zut, je suis en géographie là….Olalala…

Bon je continue. Alors, heuuu, par exemple, si je veux savoir, un millimètre, ça fait combien de mètres, ben je mets mon millimètre dans la colonne millimètre, puis je complète avec des zéros jusqu’à la colonne mètres, puis, puis….ouille, il faut que je colle une virgule là…Ah oui, mais je tombe dans les décimaux, et on est début de CM1, on a pas vu les décimaux en numération, c’est prévu en fin d’année ça !

Bon alors, j’ai un tableau de conversion en grandeurs et mesures, mais je peux pas m’en servir ? Ou que dans un sens ? Olalalalalala…….Pffffiouuuuu…..

Bon, ben voilà ce que je décide, je vais faire des maths, du français, de la géographie, et de l’histoire, tout ça en même temps. Parce que sinon ça sert à quoi convertir ?

C’est bien ce que je leur dis à mes élèves : “les maths et le français, ça ne sert à rien du tout….”
(là je marque une pause généralement, assez longue, et j’admire leur réaction….genre, c’est qui ce Maître qui nous sort ça ? Il est bizarre….ou fou).
Puis, je rajoute “en soi….”.
Et je conclue : “Ce ne sont que des outils au service de tout le reste”

Alors oui, je sors des clous…

Quoique, ne nous dit-on pas qu’il faut donner du sens aux apprentissages ?

🤣😱🤓”

0

Par Virginie

Nouvelle casquette aujourd’hui : scénariste de film catastrophe !!! En effet, en réunion pour remettre à jour le ppms, il nous a fallut imaginer ce que l’on ferait s’il y avait une intrusion dans l’école. ..

Par Jacques Risso

J’ai fini par une crise de fou rire à pleurer, en m’imaginant sortir de la classe en rampant, après avoir pris une balle entre les deux yeux, pour aller déclencher l’alerte intrusion, puis revenir, éteindre les lumières, récupérer mon portable au passage pour communiquer avec les collègues, se coucher par terre avec les enfants après avoir fermé à clé toutes les portes ( vitrées ! ) et tiré un meuble de 200 kg devant celle de la classe . Et tout ça dans le plus grand silence, parce qu’il ne faut pas que l’intrus sache qu’on est là !!! En même temps, dans une école en pleine journée, normalement il y a des élèves et des enseignants !
Ah oui, j’allais oublier : en cas d’envie pressante, il y a le seau !!!!
Bref : un grand n’importe quoi !!!😁

0

Par Rho la la

En zappant à la recherche d’une émission à regarder pour continuer mon repassage (oui, j’ai une vie trépidante, je sais), je suis tombée sur une émission sur M6 parlant des poux. Une femme a créé un salon spécialisé dans l’extermination des poux sur les têtes de nos enfants.

Je cite en gros : “les écoles ne font pas ce qu’il faut, bien souvent elles mettent des mots demandant à vérifier les têtes des enfants, mais elles ne font rien, elles ne donnent pas de conseils aux mamans et ne vérifient pas les têtes des enfants !

Voilà voilà, bande de feignasses du primaire, vous savez quelle formation PAF demander cette année… 😂”

élèves et poux

Ps : N’hésitez pas en commentaire à partager vos meilleures astuces d’extermination de ces sales bêtes 😉

0

En ces temps de remplissage et de lutte acharnée avec le LSUN (Livret Scolaire Unique  Numérique) , une petite dose d’humour de nos copains du JJmag vous permettra de vous détendre et d’éviter d’avoir l’air de pervers psychopathe de notre ami ci-dessous. 

sea sex lsun

0

Notre précédente ministre a utilisé plusieurs fois la vidéo pour s’adresser aux enseignants afin de paraître plus proche d’eux : les voeux, son départ etc…

Notre nouveau ministre innove : il souhaite bonne chance aux candidats au baccalauréat.

Ce qui donne la vidéo ci-dessous

Le ministre vous souhaite bonne chance pour le bac !

Publié par Éducation nationale sur mercredi 14 juin 2017

Face à un fond vert, pardon les escaliers de l’Elysée, on voit Jean-Michel Blanquer se prêter à cet exercice curieux de communication vers les lycéens. L’effort de communication est louable, le résultat un peu moins. De plus, on peut se demander quel lycéen surfe volontaire la veille du Bac sur le site du ministère.

Pour une fois, j’avoue avoir hâte de voir notre ministre souhaiter bonne chance aux collégiens pour le DNB, les post-bac pour le BTS et les professeurs pour les CRPE, CAPES, Agrégation, CAPLP, PERDI etc…Il va en passer du temps en tournage notre ministre !

0

Par Anne-Sophie de B.

stairs-49706_960_720“Maths –
Introduction des opérations Sur les relatifs . Pour rendre les choses plus concrètes je fais le parallèle avec les étages .
3+ (-4): tu es au 3e étage et tu descends de 4 étages. Tu arrives à quel niveau ?
Ça marche Bien.

Petite activité de calcul mental collectif dans laQuelle je glisse l’opération :
(+5) + (-5). Un élève tout fier d’avoir bien compris lève la main “je sais , je sais !”
Je l’interroge :
– rez de chaussée !!!!!!!

Bon il a compris le principe

0