Auteur : Claire D.

 

“Rooo, mais évidemment que non je vais pas acheter un taser, vous êtes dingues ou quoi ?!?
Mais…rien qu’imaginer une seconde ça détend. Les gosses se tabassent depuis 1/2h sans relâche : bim un coup de taser ; le mioche saute sur son lit comme un maboule alors qu’il a déjà pété 2 lattes : bim un coup de taser; le chien aboie comme un hystéro dès qu’un péquin passe devant le portail : bim un coup de taser!
Nan, mais j’en prendrai pas, d’autant que quand j’ai émis l’idée à table alors qu’ils se chamaillaient à qui mieux mieux, Maxmallow (ce psychopathe) a hurlé “Oh ouiiiii!”, je pense qu’il escomptait me subtiliser l’engin pour s’en servir à mon encontre, je vais donc m’abstenir.
Quelqu’un a un bouquin sur l’éducation positive?

Par Emmanuelle Tabaret

 

 

0

Je voudrais ici écrire un message d’espoir en espérant que des FES, des débutants, des T1 ou T2 me lisent … Cela fait plusieurs années que je suis brigade. Cette année je fais plutôt des remplacements courts. Certes, j’ai eu des classes difficiles. Ce soir, j’ai lu ici et là que ce vendredi ressemblait à un vendredi noir, qu’un vent lugubre de dépression soufflait sur la tête de beaucoup de feignasses. J’en ai parlé à mon épouse qui est enseignante également. Elle m’a confirmé que ses élèves avaient été “chiants” ce vendredi. Mais pour ma part, j’ai effectué un remplacement aujourd’hui en CM2 dans une école classée REP+ qui s’est très bien déroulé. j’ai commencé ma journée par une leçon d’orthographe: pas une plainte, des questions pertinentes. Puis lorsque j’ai annoncé “on passe aux maths” ce sont des sourires qui sont apparus, des “ouais” soufflés du bout des lèvres… Élèves intéressés, respectueux, aidant le camarade en difficulté… Oui c’est possible. Oui je fais le plus beau métier du monde.

par Maître D.

0

Aaaaaaaaaargh!! J’en ai marre!!! 😵😵😵

Ce soir je craque!
Depuis le 9 octobre (en comptant donc les vacances!) Je me suis tapée 4 réunions parents/profs de 17h à 20h30 en moyenne ( il m’en reste 2 à faire encore..), 10 conseils de classe ( sur 18), un atelier bénévole chaque semaine, et 5 réunions pédagogiques diverses, quelques heures au téléphone avec des parents d’élèves. Je passe évidemment sur les 18 classes évaluées plusieurs fois et je ne pense même pas aux appréciations pour 18 classes + celles du prof principal à saisir pour dans 10j…
C’est plus un métier….

par Sarah V.

0

Et la charge mentale des PE, on en parle?
*Kévin ne mange pas à la cantine demain.
*C’est mamie qui vient le chercher jeudi.
*Il faut penser à récupérer les enveloppes de COOP.
*Le petit Michel n’a toujours pas rendu son assurance.
*Patricia sera absente 3 jours, vous pourrez lui faire passer ses devoirs par la petite sœur de Sophie?
*Les ballons sont sur le toit depuis une semaine.
*Madame Machin veut que tu la rappelles
*Monsieur Truc demande pourquoi son fils n’a que bien alors qu’il a réussi plus de la moitié de son exercice
*Il faut préparer les cadeaux de Noël
*et recommander des crayons de papier
*faire affuter le massicot
*appeler la mairie pour que quelqu’un vienne réparer la porte que Dylan a cassé
*faire un constat d’accident parce que madame Truc dit que le fils de madame Bidule a marché sur ses lunettes et que c’est sa faute si elles sont cassées
*réserver le bus pour le théâtre
*appeler le théâtre pour dire à quelle heure on arrive
*écrire un mot qskdjqsjfh
*envoyer un mail ikhif
*vérifier que dsfljaôkf^k
*penser à apizbfstjp
*******………
GGzzzzz KKrrrrrr FFFp .

par Marie P.

0

L’académie d’Orléans tours a été la première à modifier ses dates de vacances de Pâques.

Où en est-on aujourd’hui ?

Sur douze académies de la zone B, quatre ont procédé à un changement officiel de dates :

“Dans les académies de Caen, Nantes, Orléans-Tours et Rouen, les vacances de printemps se dérouleront du mercredi 25 avril 2018 (après la classe) au lundi 14 mai 2018 (reprise des cours le matin) au lieu du 21 avril au 7 mai.

Cette disposition est prise à titre exceptionnel, après consultation au niveau régional selon les modalités habituelles.
Elle permettra d’éviter les inconvénients initiaux d’une semaine de rentrée perturbée par deux jours fériés des mardi 8 et jeudi 10 mai. Avec ce nouveau calendrier, les élèves bénéficieront strictement  du même nombre de jours de cours que prévu initialement”
L’académie de Rennes semble vouloir suivre le même chemin.

C’est plutôt une bonne nouvelle de feignasse car leurs vacances, rallongées, dureront ainsi deux semaines et demie!

vacances paques

Dans les académies d’Aix-Marseille, Amiens, Lille, Nancy-Metz, Nice, Reims et Strasbourg, le calendrier initial du ministère sera par contre conservé. La rentrée pour la dernière période se fera donc de manière hachée puisque après un lundi de cours, les établissements seront fermés – 8 mai oblige. Le mercredi, les enfants et adolescents reprendront le chemin de l’école avant de chômer à nouveau le jeudi pour l’Ascension,  mais ils ne feront pas le pont le  vendredi.

Pour l’anecdote, un professeur d’histoire-géographie de l’académie d’Orléans-Tours a déposé deux requêtes devant le tribunal administratif d’Orléans pour annuler la décision de modification du calendrier scolaire de Mme la Rectrice. La demande d’annulation se base sur l’article D 521-5 du Code de l’éducation. Il établit que “sauf dans les cas où elles sont motivées par des circonstances non prévisibles, les décisions résultant de l’application des articles D. 521-1 à D. 521-4 sont arrêtées et rendues publiques un an au moins avant la date d’effet prévue quand elles concernent l’ensemble d’un département ou de l’académie”. Et il est évident que le calendrier des jours fériés était bien prévisible. Donc affaire à suivre…..

 

0

Depuis la rentrée, depuis que j’ai pris mon nouveau poste, le lundi c’est jour de bureau. Jour de direction, enfin, jour de tâches administratives, parce que directrice je suis tout au long de la semaine, que je sois en classe ou pas…
Depuis la rentrée, le lundi, je tâche de m’avancer dans les piles de papiers demandés, dans les brassées d’injonctions, dans la recherche de signification de certaines demandes, dans la traduction d’acronymes abscons et obscurs. Ce qui, je l’espère toujours, me permettra ensuite de me consacrer à ma classe très “prenante”.
Et parmi les “urgences” je devais rendre pour le 29 septembre un double document (je veux dire à deux volets), de plusieurs pages, avec des annexes rédigées en langage administratif de base (le genre de langage qui fait douter de mon degré de maîtrise de ma langue maternelle).
Un document pour lequel j’ai “bénéficié” d’une journée de stage. Qui m’a grillé ma journée de direction. Je devrai donc y consacrer du temps… Autre.
Donc hier, lundi 9 octobre, 10 jours après la date butoir pour rendre le dit document, j’étais en stage. En stage PPMS.

PPMS?
Allez trouvez moi quelques manières rigolotes de traduire cela!
Voui… J’étais en stage avec une douzaine d’autres directeur.trice.s de “grosses” écoles (“il faut bien commencer par quelque part, nous faisons avec les moyens qu’on nous donne, au détriment, malheureusement, d’autres priorités plus pédagogiques”), bien à l’abri derrière des grilles à gâchette électrique, derrière un sas et une porte sans poignée extérieure, dans une salle de réunion avec des barreaux…
Pour parler de sécurité.
Dans nos écoles ouvertes, au milieu de la cité. Qui doivent l’être vers l’extérieur, ouvertes aux parents.
Pour parler responsabilité.
La nôtre.
Directeur.trice.s d’école.
Celle que l’État nous délègue.
Oui, ce “debriefing”, qui nous a laissé sur notre “faim”, nous a au moins permis de constater que nous partageons ce sentiment que la barque “direction” est toujours plus chargée. Toujours plus lourde. Et de plus en plus laissée à notre responsabilité. Au milieu d’une mer de mails, de documents obligatoires (à créer soi même), de stats, de LSU dans une ENT (à vous! Soyez créatifs!) à explorer tout seuls (mais si c’est facile! C’est fait pour vous faciliter le travail (et surtout pour faire des stats, c’est bon pour ce que vous avez, les stats))…
Voilà, voilà…
Je ne suis même pas en colère, j’ai apprécié de manger en terrasse avec des collègues, je me sens moins seule. J’ai apprécié ce pas de coté même si je ne pense qu’il ait été réellement formateur.
J’ai bien compris, et je pense que c’était uniquement le but de cette “formation”, que je devais communiquer aux parents et aux usagers la bonne parole: nous avons tout prévu, nous avons été formés à toute éventualité.
“L’État” prend ses responsabilités.

par Anne

0

0