L’accompagnement des enfants « à besoins éducatifs particuliers »…version 2017+

Par notre envoyée très spéciale Agnès Laroche

L’accompagnement des enfants « à besoins éducatifs particuliers »…

version 2017+

 

            Dans les établissements scolaires depuis la loi de 2005, tous les enfants sont supposés être scolarisés quelle que soit leur situation (ils passent par leur école de secteur avant de bénéficier d’orientation spécifique le cas échéant, excepté les cas lourdement médicalisés précocément/pour résumer).

            Depuis des décennies déjà, les enseignants du 1er degré avaient des formations de spécialisation qui étaient-historiquement- le CAEI devenu CAPSAIS (adaption et INTEGRATION scolaire) devenu à son tour CAPA-SH (Adaptation aux situations de handicap) aujourd’hui transformé en CAPPEI qui  signifie : « certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive. »

La grande nouveauté du CAPPEI (outre sa signification subtile) c’est que les enseignants du 2d degré, maintenant, ont cette même formation de spécialistes ( le précédent 2CA-SH était sur temps perso et très peu répandu).

Le problème c’est que depuis le CAEI, on est passé d’un temps de formation continue à un temps plein puis de 2 ans à 1 an puis alternance 50/50 sur poste et sur 1 an et  maintenant on est à 1/3 de formation 2/3 de poste (je compte laaaarge) sur une année avec des heures à prendre + tard si elles existent (au niveau national).

            Les enseignants ainsi spécialisés avaient des options handicaps A-B-C-D ( dans l’ordre A-visuel-formation avec Braille/B-auditif formation avec langue des signes /C-moteur/D-cognitif-mental) + par endroit D’  (oui : « D-prime ») pour les profils du spectre autistique+).

            Les autres options E.F.G pour la difficulté scolaire E en RASED dans les écoles spécialistes du code lecture/math difficultés pédagogiques, F en SEGPA-6>>3ème  spé en collège et les G en rééducation aide + axée sur les  attitudes/comportements/acceptation/blocage , en mode réconciliation avec l’école et les apprentisages-travailler le rapport à l’école et aux apprentissages  « de l’enfant à l’élève »…

 

Toutes ces options disparaissent pour prendre des noms à rallonge (je vous mets là le lien pour la grille de lecture (lire la lsite en bas de page et cliquer sur les annexes) ).  http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=113028

Surtout les enseignants spécialisés sont, à priori, formés pour devenir des personnels ressources pour venir donner des conseils dans les classes et faire de la co-intervention.

 

Il faut lire le B.O. à ce sujet et les contenus des blocs de formation qu’ils soient de tronc commun aux différentes options, ou de spécificité. Il ne s’agit plus- puisque c’est  l’école inclusive– de sortir les enfants des classes pour leur apporter, au cas par cas, des aides spécifiquement adaptées et évaluées au plus près de leurs besoins individuels , comme l’ont fait des années durant des RASED (disséminés depuis 2008/2009) mais il s’agit d’accompagner les enseignants dans leurs pratiques avant tout.

 

Sachant que les enseignants ont de moins en moins de formation initiale-voire pas du tout de formation didactique, mais énormément de formation administrative et que les spécialistes risquent de recevoir une  formation spécialisée très administrative également avec beaucoup de ficelles sur les options possibles externes aux systèmes scolaires…

 

Donc les stagiaires du CAPPEI se destinent à devenir des spécialistes EXPERTS en adaptation et pédagogies (rééxpliqué en réunion de M1/autre  topo en cours de préparation) : ils sont invités à venir en classe observer et proposer les aménagements aux enseignants, les aider à construire autrement les séances… Bien entendu ce n’est pas écrit comme ça dans le B.O mais ces 52 pages sont très instrutives…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *