Que faire..?

par Anonyme

« Bonsoir les collègues,
Besoin de me confier à vous ce soir… J’ai longuement hésité à vous parler de mon mal-être car j’avais la crainte que mes propos soient mal interprétés car je rencontre des soucis avec mes collègues et je ne sais pas trop comment vous amener le sujet en essayant de mettre ma colère de côté… Car le but n’étant pas de « lyncher » mes collègues mais de trouver du soutien et des conseils auprès de vous…
Je vous avais parlé de mes problèmes de santé… Donc j’arrive dans cette école, après une année de congé longue maladie, grâce à ma priorité handicap, elle est à 8min de mon domicile! 🎆🎇🎉 Poste définitif 😁
Je vais me présenter avant les vacances d’été, j’ai un super accueil, on m’annonce que j’aurai le seul double niveau (en étant la dernière arrivée, je m’attendais bien à être la dernière servie!) CP/CE1 – le CP fût une première pour moi, puis je me dis, je suis à mi-temps thérapeutique, ça va le faire! Et la directrice m’annonce que j’ai la seule classe qui se situe à l’étage, que personne n’a souhaité déménager, que ELLE doit rester à côté de son bureau et qu’elle nous laisse nous battre! Bref, perso, j’arrive, j’ai plutôt envie de me faire toute petite et de me faire accepter, surtout sur un poste définitif! Après 8 ans de BD, de compléments, de plusieurs classes dans différentes écoles sur la semaine, j’avais plutôt envie de me poser!!! Donc je laisse couler et accepte cette classe sans broncher… Mais j’en paierai les conséquences quelques semaines plus tard car durant cette année scolaire, j’ai essuyé 2 récidives d’hernies discales invalidantes (qui m’avait valu utilisation d’un fauteuil roulant durant 5 mois l’année précédente) qui m’ont fait arrêter 3 mois pour opération en urgence… Et le retour fût difficile avec cet étage à monter et mon sac à roulettes à porter avec des livres péda et autres pour un double niveau!
Pour ma santé mentale, je me noie dans mes projets que je prends plaisir à mettre en place avec mon complément qui me suit à 100% 😊
Sauf que……C’est à ce moment-là que j’ai commencé à me faire détester! Je n’aurais jamais dû employer le mot « projet » avec le mot « parents »! Dès le début d’année, ma directrice m’informe que les réunions se font sur le temps du midi officiellement mais comme nous sommes une petite équipe (5 enseignantes + mon complément), nous nous disons tout sur les moments de récré et autre (puisque je comprendrai plus tard que ces réunions sont impossibles puisqu’elle rentre manger chez elle tous les midis). Là encore je ne dis rien, seule cette volonté en moi de me faire accepter et de continuer à prendre plaisir à aller au travail!
Je suis seule avec une collègue dans un autre bâtiment, de l’autre côté de la route (route barrée par la mairie donc aucun passage de véhicules) mais du coup, sacré organisation puisque je suis seule à faire mes récrés comme elles ont toujours eu l’habitude de ne pas faire toutes les récrés ensemble de ce côté du bâtiment… Là encore, je ne dis rien! Mais…..Ce qui m’a profondément agacé c’est lorsque je vois ma collègue revenir après 30 minutes de pause, et ce, à chaque récréation depuis le début de l’année 😰 Donc j’ai eu un stresse pas possible car j’avais 2 séances qui sautaient, ce qui est ultra compliqué à gérer à mi-temps! J’avais fait toutes mes programmations pour que ce soit clair pour ma collègue et moi, car à 80% on peut essayer de gérer en répartissant des domaines indépendants mais là avec des CP, la méthode de lecture et un mi-temps, ce n’est plus la même organisation! J’avais envie de rentrer en larmes car je me voyais devoir remodifier mon cahier journal puis mes programmations… Alors que je m’étais privée de moments en famille en me disant que ce serait un gain de temps sur le long terme et bien j’en étais DÉ-GOÛ-TÉE! 😞
J’essaye de digérer et me voilà repartie pour ma 2ème opération… Donc je ne pense plus qu’à moi et ma petite famille… Pendant les vacances de Noël, avant ma reprise, je décide d’aller réorganiser ma classe en la décorant sur le thème Harry Potter, en utilisant des bannières pour mettre en place des groupes, car en plus du double niveau, dans mes CE1, je dois avoir 3 niveaux!!! Ce qui était très compliqué à gérer en terme de temps (aller voir un élève au fond à gauche pour lui lire les consignes et refaire pareil avec un élève placé devant à droite!), j’y avais donc réfléchi et décidé de faire des groupes de besoins!
Des parents l’ont appris, car j’ai dans mes parents d’élèves, ma kiné de qui j’étais très proche car elle venait me masser lorsque j’étais en fauteuil roulant et avait été d’un grand soutien lorsque je passais par des moments de déprime… Donc je lui avais parlé de mon projet et elle était venue avec 3 parents pour m’aider à bouger les tables et à accrocher ce qu’il fallait afin de m’économiser certains gestes à éviter pendant ma convalescence (entre parenthèses – ça m’avait trop touchée). Du coup, le projet Harry Potter a commencé à être dans la bouche de plusieurs parents et a fini par atterrir dans les oreilles de mes collègues qui ont fait mine d’ignorer et c’est là que tout a commencé…..Ou plutôt, que j’ai commencé à ne plus pouvoir encaisser!!!
J’ai une classe ultra bavarde mais respectueuse. C’est le genre de classe de campagne, d’enfants qui se suivent depuis la petite section et veulent s’autogérer (« tu n’as pas de stylo?! Attends, j’vais t’en chercher un ! »). Rien de méchant mais qu’est-ce que c’est épuisant! Mais quelle bêtise d’en avoir parlé à mes collègues (vous allez comprendre pourquoi), du coup j’essaye de mettre rapidement quelque chose en place et je décide, avec l’accord de ma collègue, d’utiliser des billets privilèges, découverts sur le blog de Lutin Bazar, et je les ramène en classe rapidement en précisant que certains ne sont pas à utiliser car je n’aime pas le concept, mais c’est un choix personnel (exemple : jouer à la balle au prisonnier avec la maîtresse). Et je commence à instaurer des moments de travail de groupes, surtout pour ce qui concerne la manipulation en séance de découverte. Mais cet apprentissage fût très difficile car je l’ai instauré au retour des vacances de Noël – aïe aïe aïe – et qu’il a fallu répéter un nombre incalculable de fois les règles et supporter ce brouhaha les premiers temps… Mais je ne regrette rien car une fois les règles instaurées et appliquées : quel bonheur !
Bref… Le temps passe, puis…. (Ça y est, j’y arrive!) une après-midi, ma directrice monte me voir après un exercice incendie et me dit qu’elle aimerait me voir pour me parler des billets privilèges car quelque chose la chiffonne! Comme les enfants se préparaient pour aller en récréation, nous avions largement le temps de discuter ! Et elle me dit, à mon plus grand étonnement, qu’elle préfère m’en parler le lendemain midi, avec tout le monde! Alors je lui dis « mais dis-moi s’il y a qqch qui ne te va pas!!! » « Non, non, on verra ça demain toutes ensemble… » Inutile de vous dire que ça m’avait travaillé toute l’après-midi puis toute la nuit ! (en plus de mes douleurs liées à mon opération !) Le lendemain matin, après une nuit blanche, j’arrive pour la première fois sans mon grand sourire… Je retrouve la directrice au portail avec 2 de mes collègues que j’appréciais énormément… Je m’arrête pour dire bonjour et lance à mon amie V. qui a pour habitude de manger chez elle « bon V., tu manges là alors ce midi, on se voit tout à l’heure ! » Et elle me regarde super étonnée et je rajoute « bah oui! On doit discuter de mes billets privilèges ! » Et là, ma directrice s’était déconfite 😂 elle ne s’attendait pas à ce que je prenne les devants. V. se tourne vers elle et lui dit « ah bon! Je n’étais pas au courant, il y a une réunion? » Et là, se sentant trop bête, S. (ma directrice) commence à me dire ce qu’elle me reproche sentant le besoin de se justifier.
S. « Alor, oui, c’était juste pour te parler de 2-3 choses qui me chiffonnent… Déjà, le mot « privilège », ça veut dire quoi? Que t’as ton petit groupe de petits privilégiés chouchous?? Non parce que clairement c’est à ça que ça fait penser et je ne suis pas la seule à le penser ! »
M. (moi) « non mais t’es sérieuse ?!? Tu penses sincèrement que je fonctionne comme cela? 😱 Même M. (enfant hyper turbulent avec des troubles + AVS) je fais attention à ce qu’il en ait afin de les motiver! Et ça fonctionne du tonnerre! »
S. « Bon, ensuite, j’ai confisqué quelques billets à un de tes élèves pendant ton absence parce qu’il y en a certains qui me choquent! »
M. « Oui, sûrement, lesquels? Parce que moi aussi il y en a qui ne me convenaient pas! »
S. « Je choisis quelqu’un pour rester dans la classe avec moi lorsque la maîtresse n’est pas de service!!! Mais tu n’as pas d’éthique, comment peux-tu rester seule avec 2 de tes élèves ?! En plus, imagine qu’il y en ait un qui ne veuille pas bah tu l’obliges à rester avec toi! »
M. « Non mais n’importe quoi!!! Quand l’élève pioche un billet, déjà je lui demande de me le montrer afin que je valide puis s’il ne l’aime pas, il en prend un autre! Et pas éthique! Ils sont 2! Je ne reste pas seule!!! »
S. « Non mais de toute façon, on est plusieurs à penser ça, hein les filles? (en regardant mes collègues à sa gauche et sa droite qui elles regardaient dans une autre direction !) Sinon je voulais aussi te parler de tes projets avec les parents ! Parce que nous n’avons pas l’habitude de fonctionner ainsi! Tu fais des ateliers théâtre mais pourquoi tu as besoin de la présence de parents ? »
M.  » Bien, déjà pour recréer le lien école-famille et pour qu’il y ait un adulte par groupe, c’est sympa de partager ces moments avec les parents et je ne demande la présence que de 2 parents sur 2 matinées! »
S. « Non mais là encore tu vois, ça montre que tu ne sais pas gérer ta classe, tu délègues ton rôle d’enseignante… »
M. « Quoiiiii?!? Non mais n’importe quoi ! Je sais gérer ma classe! Et c’est moi qui donne les consignes…(et là les larmes commencent à monter! Et je rajoute le menton tremblant…) Bref! Tout ce que tu es en train de me dire c’est que je ne fais que de la merde! »
Ne souhaitant pas pleurer devant elles et les parents et les enfants (!!!) Je prends mon petit sac à roulettes, pars et monte directement pleurer un bon coup dans ma classe! Je m’étais tellement attachée à elles, que la chute fût vertigineuse ! Je ne m’y attendais pas ! Être jugée comme cela, par mes propres collègues !!!
Le moment du déjeuner arrive et je redoute devoir réaffronter mes collègues et là – stupeur – je me rends compte qu’elles sont toutes là, ma directrice, un sandwich à la main ! Je souhaite bon appétit à tout le monde et attaque mon repas sans parler ! Et là, elle commence plus calmement (parce que je voyais tellement de dégoût sur son visage et de colère lorsqu’elle m’a agressée le matin-même) par me dire que je vois bien que c’est exceptionnel qu’elle reste manger mais qu’elle le fait pour moi car elle avait bien vu que ça m’avait blessé ce qu’elle m’avait dit… Son explication me touche mais en réexposant ses arguments, elle reste campée sur ses idées! Et je lui explique que ce qui m’a le plus gênée c’est qu’elle veuille me parler de son ressenti devant tout le monde alors que je suis assez ouverte pour qu’elle puisse m’en parler seule à seule à un moment informelle. Et que je n’ai pas apprécié cette impression de jugement, et qu’on parle de ma pratique derrière mon dos et que ce ne sont pas dans mes habitudes d’observer les pédagogies de mes collègues pour aller ensuite en parler avec les autres ! Et que c’est aussi parce que je m’étais beaucoup attachée à elle que je me suis prise une grosse claque! Elle sort une tarte aux pommes achetée à la boulangerie du coin et me dit que c’est pour fêter notre réconciliation. Son geste m’a touché. Puis, en reprenant la discussion avec plus de légèreté, elles m’expliquent plus sincèrement qu’elles ont passé un premier conseil d’école horrible (les parents leur ont reproché de ne rien foutre, de se la couler douce lors des récréations de 30minutes!) et que là, elles n’avaient juste pas envie de s’en prendre plein la gueule, lors du deuxième conseil d’école, en entendant des « mais Mme M. (moi-même) elle fait des projets, les parents peuvent participer, et pourquoi pas vous? » – j’ai compris que le vrai problème était là! – puis les filles me disent que je travaille trop (je ne leur ai jamais dit combien de temps je travaillais, elles ne sont jamais venues dans ma classe et je mange avec certaines d’entre elles tous les midis en prenant le temps de discuter et rigoler avec elles! Et elles enchaînent sur mon choix du travail de groupes, que je n’aurais jamais dû me lancer là-dedans en étant souffrante, que ça demande beaucoup d’énergie mais j’explique qu’au contraire, ça me permet un gain de temps donc d’énergie (et je commence à en avoir marre que l’on parle de ma pratique !) Et la directrice rajoute « de toute façon, le travail de groupes ne leur apporte rien, il faut être réaliste, tu ne leur apprends rien ! » 😱 Et là, j’avais envie de répliquer, et c’était reparti ! Mais j’étais tellement épuisée par ces derniers jours de tension que j’ai laissé couler! Mais difficilement digéré! J’ai fini par me dire, les collègues ne disent rien, elles doivent avoir l’habitude et elles la connaissent, c’est qu’elle doit être simplement ultra maladroite, laisse couler!
Sauf que… Les vacances passent, puis, au retour, je retourne à l’école un jour où je ne travaille pas pour récupérer qqch et mon complément me dit « tu sais, moi je te soutiens à 100% par rapport à ta nouvelle organisation, c’est génial, ça fonctionne vraiment mieux comme ça, même si on galéré au début, ça fonctionne du tonnerre ! » Et je lui réponds « mais comment ça tu me soutiens! J’ai besoin d’être soutenue? » « Non mais c’est juste par rapport aux réflexions des filles qui disent que ce doit être le bazarre dans notre classe, que cette organisation c’est n’importe quoi… » Et là, intérieurement je bouillonne ! Elle m’apprendra plus tard, que la directrice était revenue vers elle pour lui dire « je ne comprends vraiment pas le fonctionnement de Camille, avec ses billets privilèges, c’est vraiment bizarre! ».
Une fois en E.S.S (Équipe de Suivi de Scolarité) elle demande au médecin scolaire si elle pense que ça va être gérable pour lui l’année prochaine de participer à une classe de mer? » Puis dans la conversation, elle rajoute « non mais je ne m’en fais pas ! Ça va très bien se passer avec moi – gros sourire – parce que même si je travaille à l’époque des dinosaures, avec moi, il y a des règles, il y a un cadre, ce dont il a besoin! » Ma collègue me regarde sur le côté du genre (et encore une couche pour toi!), l’AVS qui intervient dans ma classe baisse la tête et là, je décide de ne plus me taire! Je rajoute « excusez-moi! Que nous soyons bien d’accords, même si je fais, par moment, du travail de groupes, il y a des règles, un cadre aussi avec moi et c’est pour cela que ça se passe très bien avec M.! »
Je rentre chez moi, et je n’ai fait que pleurer ! Je mange, je m’arrête, monte dans ma chambre et pleure un bon coup (pour ne pas craquer devant mes enfants), je travaille et mon esprit se bloque et à nouveau besoin de craquer… Pour la première fois en 8 ans, je n’avais plus envie d’aller travailler !!!
Je libère ma parole et on se confie l’une à l’autre avec mon complément qui me dit qu’elle pense clairement qu’elle a qqch contre moi car elle est sans arrêt dans la critique avec moi. Il y a quelques jours, elles ont fait le P.P.M.S et ma collègue n’avait pas trouvé la boîte P.P.M.S et comme j’avais tout rangé, nettoyé en arrivant dans cette école, la directrice non plus ne savait pas où elle était! (Elle était juste au sol, dans un placard, derrière le bureau) mais ma collègue s’en voulait car elle disait que c’était de sa faute car ce matin-là, elle n’avait pas les yeux en face des trous ! 😂 Elle finit par trouver la boîte mais pas le scotch qui était censé être à l’intérieur et l’AVS pensait que c’était de sa faute car elle devait vérifier les caisses en début d’année mais n’ayant pas de listes, elle n’est pas sûre d’avoir contrôlé ou non la présence de ce fameux scotch… Bref, là n’est pas le problème, c’est que ma directrice se serait emportée en disant à ma collègue que ce devait encore être moi qui en arrivant en déménageant tout ai dû bouger le scotch, que je ne pouvais pas faire comme je voulais, que ça perturbait tout et blablabla! Et ma super collègue lui a dit qu’elle ne l’autorisait pas à me faire part de cette conversation car je n’y étais pour rien étant donné que la caisse était rangée et accessible et que c’était de sa faute si elle ne l’avait pas vue ! (J’ai bien de la chance d’avoir une collègue en le comme ça !)
Pour finir, on a fait un conseil des maîtres pour parler répartitions des classes avant que je ne parte me faire opérer et ayant eu le double niveau, je pensais récupérer le CP pur en CE1 pur! Mais là !!! Ma directrice m’annonce qu’elle ne se sent pas de gérer un double niveau avec la direction !!! Pardon! J’vais le taper un double niveau 2 années de suite??? Pour te remercier pour ta gentillesse peut-être!?!? Heureusement ma chère collègue de CP se propose pour prendre un CP/CE1 😊 Et j’annonce que je ne me sens pas de rester à l’étage, que je vais subir une intervention encore plus lourde avec une double greffe et du matériel et que je veux mettre toutes les chances de mon côté ! V. annonce qu’elle ne comptait pas laisser son amie C. dans sa toute petite classe avec 29 futurs élèves donc qu’elle lui cède sa classe mais uniquement pour 1 année, qu’elle monterait dans ma classe et moi….Je descendrai dans la petite classe de C. avec 28 élèves!!! 😠
Et là, je me dis : C’EST TROP!
Oui, l’école n’est pas loin!
Oui, on a la chance de pouvoir faire des niveaux simples!
Oui, j’ai les CE1, niveau que j’adore!
Oui, c’est un poste définitif !
Mais oui, je suis profondément malheureuse 😢
Que faire… Je n’en peux plus !
(Désolée pour ce looong récit mais j’ai énormément gardé en moi et là, gros besoin de tout déballer!) »

3 réflexions sur “Que faire..?

  1. Cecilez dit :

    Et ben, c’est pas joli joli… Quel égoïsme ! As-tu pris contact avec un syndicat pour te soutenir ? Ton inspecteur peut-il être un soutien ? Effectivement parfois, on pense gagner en se rapprochant mais ce n’est pas toujours le cas. Courage.

    J'aime

    • Anonyme dit :

      Et oui, on ne peut pas tout avoir! C’est ce que je disais à la secrétaire de mon inspection quand elle me disait « dans cette école les parents sont difficiles, là c’est la directrice et l’équipe… » Mais là c’est une concession bien trop énorme à faire! En plus du fait, d’avoir à se retrouver seule pour manger, de ne pas pouvoir parler, se confier, partager… Il y a des personnes qui arrivent à ne bosser qu’avec leur classe, qui n’ont pas besoin de communiquer avec leurs collègues, tant mieux pour elles mais personnellement, c’est impossible pour moi 😢 et j’ai ouvert les yeux en discutant avec 2 autres collègues, mari et femme, et elle réussissait très bien à prendre du recul et à faire sans la personne si celle-ci voulait l’éviter…Alors que son mari me disait que lui en était incapable, qu’il fallait que ça se passe bien avec son équipe et que lorsque ça ne se passait pas bien, il participait au mouvement… Et là, j’ai ouvert les yeux et j’me suis dit mais je suis comme ça ! Pourquoi rester et subir!!! Pour finir par faire une dépression ! Parce qu’après ça se répercute sur notre vie de famille ! Mon mari n’en pouvait plus mais essayait de ne pas rentrer dans ma « bulle d’agressivité » sinon ça dégénérait, et j’avais perdu toute ma patience avec mes enfants 😢 et comme j’ai appris que je pouvais à nouveau prétendre à une priorité Handicap, et être affectée pas trop loin de chez moi, autant en profiter 😍
      Passe un bon week-end 😁

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s