Another feignasse…

Bonsoir, M. S
Moi aussi, je suis une feignasse. D’ailleurs je vais me mettre au boulot là.
Voilà ma soirée : Je viens de mettre mes enfants au lit. Chouette ! Je vais enfin pouvoir commencer mes deux ou trois heures de travail nocturne quotidiennes. Et quand je songerai à m’endormir, je n’oublierai pas de chercher encore une solution pour cet élève qui m’interpelle en classe et que je souhaiterais aider. Mais heureusement, je pourrai compter sur ma semaine de classe, les 36 cahiers à corriger midi et soir et ce conseil école-collège pour me reposer.

Ah, j’ai aussi ces deux rdv à 18h30 avec des parents…
Bref…No Comment…

0 commentaire

  1. Tiens, ça me rappelle ma vie. Après 3 jours de long week-end à corriger mes 50 premières rédactions (compter en moyenne 15 minutes par copie…) tout en culpabilisant de voir MES PROPRES ENFANTS tourner en rond, me demander toutes les 5 minutes si j’aurai un peu de temps à leur consacrer, j’ai attaqué ma semaine : 20 h de cours, dont 2 non payées car je suis investie sur un projet de web radio à la demande de certains élèves que j’aime bien. Demain, j’entamerai mes rendez-vous avec les parents d’élèves à 13H30, j’enchaînerai toutes les 7 minutes un entretien, et ce jusqu’à 20H10, heure du dernier RDV. Mais, bien sûr, je suis une grosse feignasse. Comme une envie de pleurer. Mais non, faut que j’y retourne. Plus que 42 copies.

  2. Mes dimanches sont comme mes semaines : lever tôt, petite mise en route (déj, toilette, un peu de ménage) et hop ! Préparation de la semaine : la classe, mais aussi les lectures indispensables (parce que en animation pédagogique on nous a donné plein de pistes à explorer…), les découpages, les numérisations, les couleurs, etc… Je suis en maternelle.
    Et bien sûr, je me permets des petites récréations avec Jean-Jacques le Mag (on n’en a pas parlé en animation pédagogique !) et maintenant je culpabilise moins : mes enfants sont grands et plus autonomes, mais j’aimerais bien aller me balader avec eux des fois ! Et pourtant ça fait 30 ans que ça dure et j’aime encore ça : inventer ma classe chaque semaine, comme une grosse feignasse que je suis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *